18 avril 2018
Famille

Congrès international des universités latino-américaines

Les discours du père Gutiérrez au Honduras sur les défis de la famille et le travail pastoral nécessaire aujourd’hui

 « Chercher de nouvelles façons de transmettre la foi en Jésus-Christ, d’aider les jeunes à découvrir la splendeur et la beauté de l'amour humain et divin, du corps et de la différence sexuelle afin de faire face à des situations de fragilité ». C'est l'invitation lancée par le P. José Guillermo Gutiérrez Fernández, officiel du Dicastère, qui a pris la parole à l'Assemblée générale du réseau des instituts de la famille latino-américains de l'Université Catholique du Honduras pour discuter de la contribution des universités dans la situation culturelle aujourd'hui. « Soyez – a demandé l’officiel du Dicastère – des églises en sortie qui deviennent de plus en plus un espace de dialogue entre la foi et la culture ».

Au cours de ces journées, le père Gutiérrez a pris la parole, lors du 5e Congrès international du réseau, sur « l’identité, la mission et les défis du Dicastère pour les laïcs, la famille et la vie ». Parmi les urgences soulignées, « la promotion d'une pastorale de la vie qui soit structurée sur l’annonce, la célébration et le service, et qui aille au-delà du seul - même si nécessaire - activisme pro-vie ».

Enfin, le père Gutiérrez a mis l'accent sur « la relance du quatrième chapitre de l'encyclique « Evangelium vitae » qui, a-t-il poursuivi, « nous appelle à une grande action pastorale en faveur de la vie. Cela implique une catéchèse adaptée, qui soit en rapport avec la théologie de la création, avec l'anthropologie et l'eschatologie chrétienne, qui, conclut-il, a pour pivot l'incarnation de la Parole de Dieu ».