02 octobre 2018
Vers le Synode des jeunes

Sommes-nous toujours libres avec les smartphones en main ?

Des milliers d'étudiants de lycées catholiques roumains participent à un programme de formation national

 « Les smartphones et les tablets » semblent avoir toujours existé, mais ils n’ont qu’un peu plus de 10 ans. En outre, ce ne sont pas, comme nous sommes amenés à le croire, des boîtes vides, mais des bocaux pleins remplis par un groupe d’entreprises mondiales qui travaillent avec une logique de profit et non avec celle de l’éducation. Pour cette raison, au moment du choix des options infinies, les très jeunes ont l’illusion de choisir (musique, jeux vidéo, chat, etc.), mais souvent ce sont d’autres personnes qui ont déjà choisi pour eux et qui choisissent rarement pour leur bien ». Ce sont les propos de Marco Brusati, collaborateur de notre dicastère, directeur de Hope et organisateur de l'initiative World Youth Hope avec l’équipe du Bureau de la Pastorale des jeunes du diocèse grec-catholique d'Oradea, dirigé par le père Paul Popa et qui implique des milliers d'étudiants de lycées catholiques en Roumanie.

Chaque rencontre prévoit un rapport d'introduction contenant de nombreuses provocations sur la façon dont les outils médiatiques peuvent devenir des sujets et non des objets. Par la suite, il y aura un travail de groupe dirigé par les enseignants des lycées spécialement formés lors d'une réunion tenue à Brasov le 5 septembre, grâce auxquels deux projets seront élaborés : un message collectif pour un grand projet sur la terre et un projet de vie personnelle, qui seront ensuite traités également au cours de l'année scolaire, en particulier pendant les heures de religion.

Les rencontres auront lieu en octobre et précisément le 5 à Cluj Napoca, le 12 à Blaj, le 19 et le 20 à Bucarest, le 26 à Oradea.

Un soutien actif à l’initiative sera offert par Mgr Virgil Bercea, évêque du diocèse grec-catholique d’Oradea et responsable de la Commission des jeunes de la conférence épiscopale roumaine: « Il y a un défi éducatif de première importance en place - affirme l'évêque - parce que ce qui arrive à travers le système médiatique entre dans la vie réelle de nos garçons et de nos filles. Pour cette raison, je suis convaincu que l'initiative World Youth Hope peut offrir une réponse chrétienne aux problèmes concrets de la jeunesse liés au monde des médias et qui ont également émergé dans les travaux préparatoires du Synode ».