Préface du Card. Stanisław Ryłko

card-rylko-13

Une ligne constante dans la vie de l’Église

 

La floraison d’associations laïques, caractéristique de notre époque, n’est pas un fait inédit dans la vie de l’Église. Comme l’a affirmé Jean- Paul II, au long des siècles " nous assistons continuellement au phénomène de groupes plus ou moins vastes de fidèles qui, par un mystérieux élan de l’Esprit, furent poussés spontanément à s’associer afin de poursuivre des objectifs déterminés de charité ou de sainteté, pour répondre aux besoins particuliers de l’Église de leur époque ou aussi pour collaborer à sa mission essentielle et permanente ".(1) Un bref regard sur l’histoire de l’Église suffit pour saisir la portée de l’œuvre de ces associations aux moments cruciaux de son existence et pour se rendre compte de la richesse des charismes qui, en tout temps, ont engendré des mouvements laïcs de renouveau de la vie chrétienne. Le développement du monachisme, au premier millénaire, et la naissance des ordres mendiants au bas Moyen Age, attestent déjà l’action des laïcs. Au XVIème siècle, avant et après le Concile de Trente, dans le contexte de la réforme de l’Église, un vaste réseau de mouvements laïcs s’affirme; parmi eux les confraternités, les oratoires et les congrégations mariales jouent un rôle de premier plan. La seconde moitié du XIXème siècle voit naître les conférences de Saint-Vincent, du bienheureux Frédéric Ozanam, l’apôtre catholique de saint Vincent Pallotti, l’œuvre éducative de saint Jean Bosco et l’œuvre sociale du bienheureux Adolph Kolping, pour ne citer que quelques-unes des nombreuses expériences associatives nées en cette période et qui confluèrent dans le mouvement catholique avec des finalités sociales, fortement encouragé par Léon XIII. La naissance de l’Action Catholique remonte à cette même période; elle se développera surtout sous le pontificat de Pie XI, avec des associations spécialisées selon les âges et les milieux sociaux. Au cours des premières décennies du XXème siècle, on assiste à la diffusion progressive de nombreuses organisations internationales catholiques, qui couvrent un vaste champ d’action, allant de la famille aux activités professionnelles et touchant les secteurs de l’éducation, de la culture, de la politique, des communications sociales, de la charité et de la promotion humaine.

A une époque plus récente, reconnaissant avec une vigueur nouvelle la dignité et la responsabilité qui reviennent au chrétien en vertu de leur Baptême, le Concile Vatican II a donné un vigoureux élan à tout l’associationnisme laïc et fait émerger de nouveaux charismes et de nouvelles formes d’associations se rangeant sous le nom de mouvements ecclésiaux et communautés nouvelles.(2) Dans Christifideles laici, vingt ans après le Concile, c’est précisément à celui-ci que Jean-Paul II se réfère quand il écrit que dernièrement: " le phénomène d’association entre laïcs a pris des formes particulièrement variées et une grande vitalité [faisant naître] une nouvelle saison d’association des fidèles laïcs [qui] à côté des groupements traditionnels, et parfois à leurs racines mêmes, ont germé des mouvements et groupements nouveaux, dotés d’une physionomie et d’une finalité spécifiques: tant sont grandes la richesse et la variété des ressources de l’Esprit Saint, dans le tissu ecclésial, tant sont grandes également la capacité d’initiative et la générosité [du] laïcat ".(3) Le Pape voit dans les mouvements un des fruits les plus significatifs du printemps de l’Église qui a éclos avec le Concile Vatican II, un " motif d’espérance pour l’Église et pour les hommes " de notre temps,(4) une œuvre de l’Esprit qui constitue l’Église comme flux de vie nouvelle, qui coule dans l’histoire des hommes. Dans un monde toujours plus sécularisé, où la foi est mise à dure épreuve et souvent étouffée et éteinte, les mouvements et les communautés nouvelles, porteurs d’une nouveauté inattendue et bouleversante, sont la " réponse, suscitée par l’Esprit Saint, à ce dramatique défi de fin millénaire, [une] réponse providentielle ".(5) Dans la pensée de Jean-Paul II, une étape riche d’attentes et d’espérances s’ouvre devant les associations laïques dans l’Église.

 

Importance des associations laïques dans la mission de l’Église

A la lumière de la conscience renouvelée que l’Église a d’elle-même comme mystère de communion missionnaire, le Concile Vatican II, après avoir rappelé les fidèles laïcs au devoir et au caractère irremplaçable de l’apostolat individuel qui " est le principe et la condition de tout apostolat des laïcs ",(6) souligne l’importance des formes organisées de l’apostolat des laïcs,(7) qui correspondent non seulement à la nature sociale de la personne humaine, mais qui sont " le signe de la communion et de l’unité de l’Église dans le Christ ".(8) En relevant la plus grande efficacité opérationnelle de l’action commune garantie par l’apostolat associé, aussi bien dans le soutien et la formation des membres que pour l’obtention de fruits plus abondants, le Concile affirme ensuite que " la mission universelle de l’Église, étant donnée la mise en place progressive des structures et l’évolution de la société actuelle, requiert de plus en plus le développement des associations apostoliques des catholiques au plan international ",(9) qui doivent être renforcées en raison de la contribution qu’elles apportent non seulement pour l’édification de la communauté des peuples dans la paix et la fraternité, mais également à la formation de la conscience d’une responsabilité et solidarité universelles.(10)

Traitant des associations des fidèles, qui établit aussi la distinction entre associations publiques et associations privées et les conditions de leur reconnaissance ou de leur érection,(11) le Code de Droit Canonique confirme que " les fidèles ont la liberté de fonder et de diriger librement des associations ayant pour but la charité ou la piété, ou encore destinées à promouvoir la vocation chrétienne dans le monde ".(12) Ce faisant, le Code réaffirme l’enseignement du Concile Vatican II, qui affirme explicitement que " le lien nécessaire avec l’autorité ecclésiastique étant assuré, les laïcs ont le droit de fonder des associations, de les diriger " et de s’inscrire à celles qui sont déjà fondées.(13) Ce droit et la liberté d’association qui en découle ne dépendant pas d’une concession bienveillante des pasteurs, mais ils sont enracinés dans la nature de la personne humaine et découlent de la réalité ontologique du sacrement du Baptême, qui constitue l’égalité fondamentale de tous les membres du peuple de Dieu, " créatures nouvelles " (cf. 2 Co 5, 17) greffées dans le Christ et animées par l’Esprit Saint. C’est précisément en tant que droit des baptisés que cette liberté doit toujours être exercée en harmonie avec l’ecclésiologie de communion rappelée par Christifideles laici, qui présente l’Église comme communion organique de vocations, ministères, services, charismes et responsabilité dans toute leur diversité et complémentarité.(14) Par ailleurs, elle doit être exercée sous la vigilance paternelle des pasteurs, députés au discernement des charismes et à la reconnaissance ou à l’érection des associations de fidèles.

Du reste, Jean-Paul II a souligné à plusieurs reprises que " dans l’Église il n’existe pas de contraste ou d’opposition entre la dimension institutionnelle et la dimension charismatique, dont les Mouvements sont une expression significative. Toutes deux sont co-essentielles à la constitution divine de l’Église fondée par Jésus, car elles concourent ensemble à rendre présent le mystère du Christ et son œuvre salvifique dans le monde ".(15) Les charismes, en tant que don de l’Esprit Saint à l’Église pour la rendre toujours plus apte à accomplir sa mission dans le monde, doivent donc être accueillis avec gratitude, accompagnés et encouragés dans leur développement.(16) La reconnaissance canonique qu’ils reçoivent de l’autorité ecclésiastique compétente vient confirmer la validité de leur proposition comme chemin authentique vers la sainteté de la vie personnelle et communautaire. C’est pour cette raison que discernement et reconnaissance doivent advenir à la lumière de " critères d’ecclésialité " clairs, tels qu’ils sont décrits dans Christifideles laici et qu’il vaut la peine de rappeler brièvement: la primauté donnée à la vocation de tout chrétien à la sainteté, la responsabilité de confesser la foi catholique, le témoignage d’une communion solide et convaincue avec le Successeur de Pierre et avec son évêque, l’accord et la coopération avec le but apostolique de l’Église, l’engagement à être présents dans la société humaine. (17) Ces critères, qui " trouvent une vérification dans les fruits concrets qui accompagnent la vie et les oeuvres des diverses formes associatives ",(18) sont des orientations fondamentales pour l’œuvre de discernement des pasteurs et de précieux indicateurs pour montrer la route aux associations et mouvements, envoyés de façon significative par le Pape pour entreprendre et parcourir la voie de la " maturité ecclésiale ".(19)

 

Nature et finalité de ce Répertoire

La genèse de ce Répertoire réside dans l’invitation que Jean-Paul II adresse, dans Christifideles laici, au Conseil Pontifical pour les Laïcs, de préparer une liste des associations qui reçoivent l’approbation officielle du Saint-Siège.(20) En considération de la richesse de charismes et de  formes qui caractérise la vie associative des laïcs dans l’Église d’aujourd’hui, le Dicastère, en répondant à la requête du Pape, a mûri l’idée de publier un Répertoire des associations internationales de fidèles présentant un cadre — aussi complet et actuel que possible — du phénomène associatif au sein du monde vaste et varié du laïcat catholique.

Le projet fut lancé en avril 2000 avec l’envoi aux associations internationales de fidèles en contact avec le Dicastère d’un exemplaire qui devait leur servir de modèle pour remplir une fiche d’information sur ce qu’elles sont. Ensuite, la phase de recueil des fiches transmises au Conseil, avec des modalités et des temps variables, par les associations ayant adhéré à cette initiative, a été suivie par une œuvre de rédaction laborieuse, nécessaire non seulement pour composer de façon homogène les informations reçues, mais aussi, dans de nombreux cas, pour clarifier, préciser et compléter les données fournies. Un soin particulier a été mis pour expliciter les charismes qui sont à l’origine des réalités ecclésiales présentes dans le Répertoire et pour sauvegarder toujours les concepts  et les mots clés qui caractérisent leur expérience.

Ce Répertoire, dans lequel figurent 122 associations de fidèles, est la première publication du Conseil Pontifical pour les Laïcs présentant d’une façon aussi vaste et systématique les associations du laïcat catholique contemporain.(21) Etant donné la diversité des formes associatives et des catégories juridico-statutaires, il est opportun de clarifier que dans ce volume figurent des associations à diffusion internationale — distinctes des instituts de vie consacrée et des sociétés de vie apostolique — dans lesquelles " des fidèles, clercs ou laïcs, ou encore clercs et laïcs ensemble, tendent par un agir commun à favoriser une vie plus parfaite, à promouvoir le culte public ou la doctrine chrétienne, ou à exercer d’autres activités d’apostolat, à savoir des activités d’évangélisation, des œuvres de piété ou de charité, et l’animation de l’ordre temporel par l’esprit chrétien ".(22) Y sont également insérées des associations internationales ayant une vocation particulièrment œcumenique ou/et interreligeuse au sein desquelles prédomine la composante catholique. Dans ce volume ne figurent pas, en revanche, les associations qui, bien qu’en contact avec le Conseil Pontifical pour les Laïcs, dépendent juridiquement d’autres dicastères de la Curie romaine (comme la Congrégation pour les Instituts de Vie Consacrée et les Sociétés de Vie Apostolique, la Congrégation pour le Clergé, la Congrégation pour l’Evangélisation des Peuples) et les associations qui œuvrent exclusivement dans le domaine diocésain ou national.

A chaque association présente dans ce volume correspond une fiche sur laquelle sont reportés la dénomination officielle, l’éventuelle dénomination courante et le sigle (à côté duquel, quand c’est le cas, figure la dénomination officielle dans la langue originale), l’année de fondation, l’histoire, l’identité, la structure, la diffusion, les œuvres, les publications, les sites internet, les coordonnées des sièges centraux, les logo. Les entrées pour lesquelles aucune donnée ne nous est parvenue sont omises sur les fiches. En ce qui concerne les adresses des sièges centraux, nous signalons que, par statut, plusieurs associations adoptent les coordonnées des membres des équipes de responsables renouvelés périodiquement et, par conséquent, certaines auraient pu ne plus être valables au moment de la publication du Répertoire. Dans ces cas-là, il peut être utile de se reporter aux sites internet des associations en question. Les fiches sont présentées par ordre alphabétique, selon la version française des dénominations officielles, sauf de rares cas où la traduction aurait paru forcée. Tenant compte du caractère dynamique du phénomène associatif, cette édition du Répertoire sera mise à jour périodiquement.

Ce Répertoire des associations internationales de fidèles est destiné: 1) aux pasteurs de l’Église, pour lesquels il se veut être un instrument permettant de puiser des informations utiles pour une première connaissance des diverses associations laïques et comme aide pratique pour l’exercice de leur ministère; 2) aux associations de fidèles, comme stimulant pour une connaissance réciproque approfondie dans un esprit de communion ecclésiale; 3) à ceux qui veulent d’une manière ou d’une autre s’approcher du monde de l’associationnisme catholique ou en approfondir la connaissance.

En rappelant l’urgence d’une nouvelle évangélisation, Jean-Paul II renvoie constamment au rôle que doivent jouer dans cette œuvre les " divers types d’association […], que ce soient les formes plus traditionnelles ou celles plus nouvelles des mouvements ecclésiaux [qui] continuent à donner à l’Église une vivacité qui est un don de Dieu ".(23) Le Conseil Pontifical pour les Laïcs est confiant que ce Répertoire contribuera à en rendre témoignage.

 

Stanisław Ryłko

Archevêque tit. de Novica

Président du Conseil Pontifical pour les Laïcs

 

1 JEAN-PAUL II Aux mouvements ecclésiaux réunis pour le IIème Colloque international, in " Insegnamenti di Giovanni Paolo II " X, 1 (1987), 477.

2 Cf. H. JEDIN (a cura di), Storia della Chiesa, Jaca Book, Milano 1992-1995; A. FLICHE-V. MARTIN (a cura di), Storia della Chiesa, Edizioni paoline, Torino 1957-1991; F. GONZÀLEZ-FERNÀNDEZ, I movimenti. Dalla Chiesa degli apostoli a oggi, BUR, Milano 2000; J. RATZINGER, Les mouvements ecclésiaux et leur lieu théologique, in: Don de l’Esprit, Espérance pour les hommes, Editions des Béatitudes, Nouan-le-Fuzelier 1999, 25-50.

3 JEAN-PAUL II, Exhortation apostolique post-synodale sur la vocation et la mission des laïcs Christifideles laici, n. 29.

4 JEAN-PAUL II, Homélie de la Veillée de Pentecôte, " Insegnamenti di Giovanni Paolo II " XIX, 1 (1996), 1373.

5 JEAN-PAUL II, Aux membres des mouvements ecclésiaux et aux nouvelles communautés pour la veillée de Pentecôte, " Insegnamenti di Giovanni Paolo II " XXI, 1 (1998), 1123.

6 CONCILE ŒCUMÉNIQUE VATICAN II, Décret sur l’apostolat des laïcs Apostolicam actuositatem, n. 16.

7 Cf. Idem, nn. 18-21.

8 Idem, n. 18.

9 Idem, n. 19.

10 Cf. CONCILE ŒCUMÉNIQUE VATICAN II, Constitution pastorale sur l’Église dans le monde de notre temps Gaudium et spes, n. 90.

11 Cf. Code de Droit Canonique, cann. 298-329.

12 Idem, can. 215; cf. Code des Canons des Églises Orientales, can. 18.

13 CONCILE ŒCUMÉNIQUE VATICAN II, Décret sur l’apostolat des laïcs Apostolicam actuositatem, n. 19.

14 Cf. JEAN-PAUL II, Exhortation apostolique post-synodale sur la vocation et la mission des laïcs dans l’Église et dans le monde Christifideles laici, n. 20.

15 JEAN-PAUL II, Message aux participants au Congrès mondial des Mouvements ecclésiaux et communautés nouvelles, in Don de l’Esprit, Espérance pour les hommes, Editions des Béatitudes, Nouan-le-Fuzelier 1999, 20.

16 Cf. JEAN-PAUL II, Lettre encyclique sur la valeur permanente du précepte missionnaire Redemptoris missio, n. 72.

17 Cf. JEAN-PAUL II, Exhortation apostolique post-synodale sur la vocation et la mission des laïcs dans l’Église et dans le monde Christifideles laici, n. 30.

18 Idem.

19 JEAN-PAUL II, Discours aux membres des mouvements ecclésiaux et aux communautés nouvelles pour la veillée de Pentecôte, " Insegnamenti di Giovanni Paolo II " XXI, 1 (1998), 1123.

20 Cf. JEAN-PAUL II, Exhortation apostolique post-synodale sur la vocation et la mission des laïcs dans l’Église et dans le monde Christifideles laici, n. 31.

21 La publication du fascicule intitulé " Les organisations internationales catholiques (OIC) ", œuvre de ce qu’était alors le Consilium pro Laicis (cf. Bulletin " Laïcs aujourd’hui ", nos 13-14, date de 1973, et c’est en 1983 que parut le fascicule intitulé " Associazioni di laici. Dati Sommari " qui, en plus des OIC, présentait plusieurs mouvements et associations laïcs avec lesquels le Conseil Pontifical pour les Laïcs est en contact.

22 Code de Droit Canonique, can. 298, 1.

23 JEAN-PAUL II, Lettre apostolique Novo millennio ineunte, n. 46.