21 juin 2010
Jeunes

Le pèlerinage de la Croix et de l'Icone en Espagne

Au début de l’Année Sainte extraordinaire de la Rédemption célébrée entre 1983 et 1984, le Pape Jean-Paul II décida d’installer une grande croix près de l’autel majeur de la Basilique Saint-Pierre, pour que tous puissent la voir. Une grande croix de bois, de 3,80 mètres de hauteur, fut donc installée, selon son désir. À la fin de l’Année Sainte, le Pape confiacette même Croix à la jeunesse du monde, représentée par les jeunes du Centre International San Lorenzo de Rome, leur disant: «Très chers jeunes, à la fin de l’Année Sainte, je vous confie le signe de cette Année Jubilaire: la Croix du Christ! Portez-la dans le monde comme signe de l’amour du Seigneur Jésus pour l’humanité et annoncez à tous qu’il n’y a de salut et de rédemption que dans le Christ mort et ressuscité». (Rome, 22 Avril 1984).

Les jeunes, prenant au mot l’exhortation du Pape, commencèrent à porter la Croix de l’Année Sainte dans leurs nombreux pèlerinages et dans toutes les JMJ. Le Centre San Lorenzo en devient la demeure habituelle lorsqu’elle ne se trouve pas en pèlerinage à travers le monde. En 2003, au terme de la Messe des Rameaux, Jean-Paul voulut faire un nouveau cadeau aux jeunes: une copie de l’Icône de la Vierge «Maria Salus Populi Romani» (dont la version originale est conservée en la Basilique Sainte-Marie- Majeure à Rome). Par ce don, le Pape souhaite que Marie accompagne les jeunes dans leurs pèlerinages.

Ainsi, le grand rassemblement des jeunes du monde entier à Madrid est précédé par le pèlerinage de la Croix et de l’Icône. Ce voyage espagnol, parti de Madrid, veut embraser les coeurs et les préparer à la rencontre avec le Seigneur. L’un des premiers lieux que la Croix et l’Icône ont visités a été la prison de Soto del Real, suscitant une forte émotion et espérance parmi les détenus avant de continuer son périple dans les diocèses de Getafe et Alcalá de Hernares. En ce moment, la Croix et l’Icône sont encore en pèlerinage et continueront à traverser les 69 diocèses d’Espagne et ce, jusqu’à la veille de la JMJ. Chaque diocèse organise, selon ses exigences et son génie propre, des célébrations et des événements autour de ces deux symboles de la JMJ.

Jusqu’ici, l’un des moments les plus suggestifs de ce pèlerinage a été sans doute l’étape sur l’île de Tenerife, la plus grande des Îles Canaries, l’archipel qui constitue l’une des dix-sept communautés autonomes d’Espagne, siège du troisième volcan plus grand de la Terre. Le témoignage de certains pèlerins, présents à Place Saint-Pierre en 1984, le jour même où Jean-Paul II remettait la Croix aux jeunes, a été le moment le plus touchant des célébrations qui se sont poursuivies à travers toutes les Îles Canaries, suscitant des manifestations populaires de liesse. «Je me souviens de ce moment- là comme d’un des événements qui ont marqué ma vie», a déclaré un des témoins. «Je suis heureux et orgueilleux parce cette même Croix que le Pape nous a donnée se trouve aujourd’hui sur mon île».

À La Palma, un des jeunes participants a partagé sa joie pour cette importante visite en ces termes. «Nous dansons avec joie pour annoncer la parole de Dieu, parole d’amour et de vérité aux quatre coins de notre société et de notre île.» Il a poursuivi disant: “Aujourd’hui, nous désirons être humbles pour accueillir la Croix et Marie, notre mère. Nous voulons être humbles pour parcourir le chemin qui porte à la rencontre mondiale de Madrid. Nous désirons être humbles pour accueillir Jésus dans notre vie. Nous voulons devenir humbles pour crier à tous que ça vaut la peine de suivre Jésus-Christ».

L’Icône et la Croix ont aussi été à Tolède, la “cité des trois cultures”, pendant des siècles, résidence des juifs, chrétiens et arabes, non loin de Madrid, sur la rive droite du fleuve Tage. Depuis 1987, Tolède a été déclarée Patrimoine de l’Humanité. Une marée de jeunes a inondé les rues aux pentes raides de la ville pour accompagner la Croix en procession jusqu’à la cathédrale. La soirée s’est poursuivie par une veillée de prière qui a intéressé un grand nombre de personnes parmi lesquelles de nombreuses familles.

«C’est important que la Croix soit arrivée à Tolède», déclare Paloma, une des jeunes qui ont participé à l’accueil de la Croix: «Voir les rues de la ville grouiller de tant de monde est absolument impressionnant et très émouvant» a-t-elle déclaré à la fin de la procession.

Les gens ont vécu un moment exceptionnel de fête partout où la Croix et l’Icône se sont rendues, un petit avant-goût de ce que sera la Journée Mondiale de Madrid.

À l’occasion de la fête de Saint Jean de la Croix, les séminaristes du séminaire diocésain de Logroño ont prié pendant des heures devant la Croix afin que naissent des vocations au sacerdoce et à la vie religieuse parmi les pèlerins qui participeront à la JMJ 2011.

Particulièrement touchantes ont été les escales effectuées par la Croix et l’Icône dans les lieux de souffrance tels que les prisons, les hôpitaux, tous lieux où la souffrance du Christ est vivement avertie par ceux qui la vivent au quotidien.

Le voyage de la Croix, accompagnée de l’Icône de la Vierge Marie, à travers les villes et villages de l’Espagne, proclame l’amour de Dieu pour tout homme et n’a pas laissé les Espagnols indifférents. Dans son pèlerinage, la Croix est la flamme qui illumine la route vers Madrid, où les jeunes du monde sont appelésà rencontrer Christ.