10 juin 2021
Forum Amoris Laetitia

Amoris Laetitia: accompagner en faisant route ensemble

Note de synthèse de la deuxième journée du Forum Amoris Laetitia
secondogiorno.jpeg

 

La deuxième journée du Forum « Où en sommes-nous avec Amoris Laetitia ? Stratégies pour l'application pastorale de l'exhortation du pape François » était entièrement consacrée à la formation des accompagnateurs et à l'éducation des enfants.

Après le moment initial de prière et une introduction de la modératrice, Linda Ghisoni, sous-secrétaire du Dicastère pour les Laïcs, la Famille et la Vie, les travaux ont commencé avec la présentation « La formation des accompagnateurs » de Davide et Nicoletta Oreglia Musso (Italie).

« Accompagner les formateurs qui s'occupent des couples et des familles aujourd'hui est un défi qui a des lumières et des ombres. Nous faisons en partie l'expérience de l'inefficacité de certains des outils utilisés dans le passé, mais nous apprécions la valeur de la sagesse dans les relations que notre Mère l'Église a tissées au fil des ans », ont souligné les époux Oreglia Musso, présidents de l'Association « Époux dans le Christ ». La question ouverte que les intervenants ont laissée à la réflexion des participants est la suivante : « Comment mettre à disposition cette richesse [de l'Église] de manière féconde pour les accompagnateurs d'aujourd'hui et quelles indications donner à la lumière d'Amoris Laetitia ? », c'est-à-dire : comment entrer dans une modalité permanente de prise en charge des relations dans l'exercice de l'accompagnement ?

La session consacrée à la formation des accompagnateurs s'est poursuivie avec deux témoignages-bonnes pratiques. Le premier témoignage a été celui de Ryan et Marie Rose Verret (USA), qui ont présenté l'expérience de Witness to Love, un mouvement familial qui travaille avec 80 diocèses dans le monde. Witness to love « cherche à fournir des outils adéquats pour aider le couple à grandir dans l'amitié la plus sincère » avec les couples formateurs.  Un renouvellement de la société et des communautés est possible, selon les Verret, à travers l'amitié témoignée par les couples formateurs aux couples plus jeunes. Les couples mariés sont un don pour la formation au mariage, et un catéchuménat bien articulé, enraciné dans la vie du couple qui se prépare au mariage, est une occasion d'accueillir de nouvelles familles dans la vie de l'Église. 

Le deuxième témoignage a été présenté par Christian et Beate Gloeggler, du Mouvement de Schoenstatt, sur l'Akademie für Ehe und Familie  (Allemagne). Dans dix pays européens et au Brésil, l'Akademie offre un parcours de formation et d'accompagnement de deux ans aux couples qui se préparent au mariage. La spécificité du parcours est, comme dans d'autres expériences similaires, que les couples sont accompagnés par des couples mariés qui peuvent « donner à la foi un visage heureux - ou plutôt, deux visages ! ».

Après un débat stimulé par le partage des deux bonnes pratiques, la deuxième session consacrée au thème « Éducation des enfants » a accueilli le discours des époux Luis et Pilar Jensen (Chili), consultants du Dicastère. 

Le renforcement de l’éducation des enfants est le thème du chapitre 7 de Amoris Laetitia et, selon les Jensen, « peut être abordé en répondant ensemble à trois questions : 1. Nos enfants se sentent-ils aimés ? 2. Nos enfants savent-ils aimer ? 3. Nos enfants se sentent-ils aimés de Dieu ? ».  À partir de ces trois questions importantes, il est possible de générer des pistes d'accompagnement pour les parents, afin qu'ils disposent des outils pour éduquer au mieux leurs enfants, à partir de leur vie personnelle et familiale. 

La première expérience présentée lors de cette deuxième session a été celle de la Escuela de Familias de l'archidiocèse de Tolède, à travers le témoignage de Miguel Angel Lara Villanueva et María José Aroco Allán (Espagne).  Les Escuelas naissent - dans les paroisses, les écoles et en collaboration avec la Caritas - du « besoin d'aider et de guider les parents dans l'éducation de leurs enfants ». « Le projet est conçu comme une manière d'approcher les familles « éloignées » de l'Église ou en difficulté, pour leur faire redécouvrir que l'Église est Mère et aide beaucoup dans l'un des plus grands défis de leur vie : l'éducation de leurs enfants ».

Le deuxième et dernier témoignage de la session était celui d'Antonio Crespo et Verónica Fernández (Mexique), de la Goodlove Foundation. Créée en 2017 en réponse à l'exhortation apostolique Amoris Laetitia, la Fondation a pour objectif de mettre en réseau et de mettre à disposition des parents et des formateurs les meilleurs projets sur l'accompagnement des parents dans la formation affective-sexuelle de leurs enfants. L'urgence de donner aux enfants une éducation affective-sexuelle positive, progressive et prudente est une nécessité que l'Église ressent fortement. Goodlove Foundation se propose comme un lieu d'échange de bonnes pratiques au niveau international pour tous ceux qui sont engagés - à différents niveaux - dans la promotion d'une éducation à l'amour selon l'anthropologie chrétienne. 

À la fin des deux sessions de la journée, deux moments de débat avec questions et interventions ont animé la discussion. Il en est ressorti - comme hier - un besoin très profond de partager les bonnes pratiques et un besoin prépondérant de donner corps au thème de l'accompagnement