20 mars 2017
Josef Mayr-Nusser

Fidèle à l'unique Seigneur Jésus Christ

mayr_nusser_01-229x300.jpg

Il a été béatifié à Bolzano, le samedi 18 mars, Josef Mayr-Nusser, laïque marié, père d'un enfant de deux ans au moment du martyre, un authentique témoin du Christ  qui a préféré renoncer à sa vie plutôt que servir à un autre « seigneur ».

Né le 27 décembre 1910, Josef était connu par sa foi et son honnêteté. Formé dans la pensée de saint Thomas d'Aquin, saint Thomas More et Romano Guardini, il mena une profonde vie de prière et une intense vie liturgique. Il était engagé dans l’Action catholique et dans les Conférences de Saint-Vincent-de-Paul. « Un martyr ne peut pas s’improviser et le martyre n’est pas un hasard», a déclaré le cardinal Angelo Amato - Préfet de la Congrégation pour les Causes des Saints - au cours de la célébration eucharistique de la béatification, dans la Cathédrale de Bolzano, samedi dernier.

Avec l'avènement de la Seconde Guerre mondiale Josef expérimenta dans sa chair ce que voulait dire « vivre aux temps de persécution »,  a expliqué le cardinal en exposant les raisons pour lesquelles Josef est compté aujourd'hui parmi les bienheureux. Il s’agit d’un temps « qui nécessitait un témoignage cohérent à l'Évangile en paroles et actes ». Dans une lettre écrite à sa femme, après avoir déclaré ouvertement son refus à prêter serment à Hitler, Josef écrivait: «L'urgence de ce témoignage est désormais incontournable, il s’agit de deux mondes qui entrent en collision l’un contre l’autre. Mes supérieurs ont montré trop clairement qu’ils rejettent et haïssent ce que pour nous, catholiques, est sacré et inaliénable ».

À cause de sa foi, il fut arrêté et condamné au camp de concentration de Dachau, mais il n’y arriva jamais. Il mourut, dans des conditions inhumaines, au cours du voyage, à Erlangen, le 24 février 1945.