24 août 2018
Rencontre mondiale des familles

Le card. Farrell, « aujourd'hui de nombreuses idéologies contraires à la vision chrétienne. Venez et voyez »

Face au « nombre d'opinions et d'idéologies contraires à la vision chrétienne de la famille », le seul argument valable est le « factum », c'est-à-dire la réalité de la « sérénité, de la joie intérieure et de la sécurité personnelle que donne la famille ». Ce sont les paroles du Card. Kevin Farrell, préfet du Dicastère pour les laïcs, la famille et la vie, dans l'homélie de la Messe qui a conclu cet après-midi le Congrès pastoral organisé dans le cadre de la Rencontre mondiale des familles en cours à Dublin jusqu'au 26 août.

Dans sa réflexion sur le thème « La famille : une espérance pour l’Église et pour le monde », le cardinal compare le scepticisme de Nathanaël - « Peut-être que quelque chose de bon peut venir de Nazareth ? » - à celui de ceux qui aujourd’hui méprise la famille. « Venez et voyez », répond le card. Farrell, qui est la réponse de Philippe à Nathanaël, « l'invitation du pape François au monde entier dans Amoris Laetitia, l'invitation que la Rencontre mondiale des familles à Dublin adresse à tous ». Aujourd'hui, observe le préfet du Dicastère, beaucoup « n'ont plus d'expérience directe d'une famille chrétienne. Ils peuvent avoir des histoires difficiles de perte d'amour, de séparation, de solitude, d'abandon et peuvent nourrir différents préjugés à l’encontre de la famille. Ils ont donc vraiment besoin de venir et voir ». Le système économique, social et politique « souvent nous utilise et nous exploite, en ne tenant aucun compte de nous », ajoute-t-il, tandis que dans la famille « nous avons cette relation simple mais fondamentale entre époux, parents et enfants, grands-parents et petits-enfants » qui est « une source de grand bonheur et d’enrichissement réciproque ». La possibilité de rendre le conjoint heureux, d'être éducateur des enfants, de pouvoir « consoler, encourager, corriger et guider », bref, d’« être capable de rendre les autres heureux » selon le card. Kevin Farrell est une raison de « grande satisfaction personnelle et en aucun cas un obstacle à son propre bonheur ».

Dans l'homélie de la messe de clôture du Congrès pastoral, organisé dans le cadre de la Rencontre mondiale des familles qui se déroule à Dublin jusqu'au 26 août, le card. Farrell a dit que la famille est « une garantie d'un grand bien-être physique et mental ». En elle les « membres malades et plus fragiles reçoivent une assistance et des soins d’amour ». Comme cela s'est passé à Nazareth pour Jésus, « la famille assure un développement humain adapté » et forme la collaboration, le sacrifice, la compassion et la gentillesse. A l'intérieur de la famille, vous recevez « la meilleure préparation au mariage ». Quand un homme et une femme créent une nouvelle famille, « ils finissent par comprendre qu'ils sont appelés à participer au travail de création de Dieu ». Ils « découvrent de coopérer avec Dieu en donnant la vie » et « deviennent pour leurs enfants un reflet de l'amour gratuit de Dieu le Père ». Dans la famille, les enfants reçoivent l’éducation religieuse, ils apprennent à prier parce que « la foi se transmet dans le cadre des relations personnelles, dans un climat d'affection et de confiance mutuelle ». La famille, conclut le card. Farrell, « est vraiment un grand don de Dieu à l’humanité et une joie pour le monde ».