09 octobre 2018
Roumanie

Les Églises plus unies après le référendum sur la famille

À la base de la famille ? Il y a l'union libre « entre un homme et une femme ». C’est ce que déclarent les évêques catholiques de Roumanie dans un communiqué de presse publié au lendemain de l’impossibilité d’atteindre le quorum lors du référendum organisé il y a quelques jours pour définir dans la Constitution ce que l’on entend par famille.

Aux urnes, 21% des ayants droits étaient présents, soit quatre millions d'électeurs, un nombre insuffisant pour atteindre le quorum. Plus de 91% des votants se sont déclarés favorables à une modification de la Constitution.

La question du référendum concernait la modification de la Constitution (article 48) pour définir la famille comme une union libre non plus entre « des époux » mais « entre un homme et une femme », comme le prévoit d’ailleurs le Code civil (article 277). Actuellement, en Roumanie, il n’y a pas de reconnaissance légale pour d’autres formes de cohabitation qui se voudraient semblables à la famille, tels que le mariage ou les unions de même sexe.

Selon la déclaration des évêques catholiques, l'Église « ne cesse de proclamer l'Évangile de la famille avec courage et espérance. À la lumière des enseignements du Christ, l'union entre l'homme et la femme est renforcée et scellée par le sacrement du mariage sacré, que l'Église donne à tous ceux qui demandent avec un cœur sincère et qui s'engagent à vivre selon les exigences évangéliques de la fidélité, du respect, de l’entraide et de l’indissolubilité de l’amour. Dans le même temps - poursuivent-ils - l'Église encourage les parents à être ouverts à la vie et les accompagne dans l'éducation de leurs enfants ».

La déclaration post-référendum de l'Église orthodoxe roumaine est dans le même esprit. En invitant la population « à l'unité spirituelle » après la forte opposition des jours précédents, l'Église orthodoxe affirme qu'elle « a accompli sa mission civile et morale dans l'espace public, en soutenant et en défendant l'identité et la valeur de la famille en tant qu'institution humaine créée et bénie par Dieu ».