23 août 2018
Rencontre mondiale des familles

O’Brien (Focolari), « nous, les grands-parents, pouvons transmettre la foi à nos petits-enfants, même si leurs parents ne les éduquent pas »

« Les parents de nos 4 petits-enfants ont choisi de ne pas éduquer leurs enfants dans la foi. Nous respectons leurs décisions tandis que nous essayons de découvrir de nouvelles manières, offertes avec créativité, plaisir et amour ». Ce sont les paroles de Declan O'Brien, délégué du mouvement des Focolari, qui a parlé ce matin avec son épouse Sarah dans le panel consacré au rôle des grands-parents dans la transmission de la foi, lors de la Rencontre mondiale des familles, à Dublin. Les époux irlandais ont parlé de ces trois modalités. « Une d’elle est passer du temps avec nos petits-enfants. Nos 4 petits-enfants vivent à l'étranger et le temps que nous devons leur consacrer est donc encore plus important ».

Dans le temps passé ensemble, les conjoints leur font savoir qu'ils « sont aimés et que nous nous sentons aimés par eux ». « Le commandement de Jésus est : « Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés » et ainsi nous essayons d'aimer nos petits-enfants avec patience, tendresse, gentillesse, miséricorde et pardon ». Sarah a ensuite montré « une autre façon de transmettre notre foi », c’est-à-dire « partager des choses importantes avec nos petits-enfants ». « Nous devons essayer d’avoir le courage d’affirmer ce qui est vraiment précieux pour nos petits-enfants. Et ils peuvent nous parler si nous les écoutons ». Enfin, la troisième modalité, indiquée par Declan, la prière. « Nous ne sommes pas en mesure de prier avec nos petits-enfants, mais nous pouvons bien sûr prier pour eux. Nous avons vécu avec eux le silence d’être dans une église. Ils se rendent compte que nous allons à la messe et ont demandé occasionnellement de venir à la messe avec nous ». « Dans un certain sens - a conclu Sarah - la seule bible qu'ils peuvent lire c’est nous ».