31 janvier 2020
Personnes âgées

Le présent et l'avenir de l'Église

Les paroles du Saint-Père lors de l'audience des participants au premier Congrès international de la pastorale des personnes âgées sur le thème La richesse des années

« Quand on pense aux personnes âgées et qu'on parle d’elles, d'autant plus dans la dimension pastorale, il faut apprendre à changer un peu les temps des verbes. Il n'y a pas que le passé, comme si, pour les personnes âgées, il n'y avait qu'une vie derrière elles et des archives moisies. Non. Le Seigneur peut et veut écrire avec elles aussi de nouvelles pages, des pages de sainteté, de service, de prière... Aujourd'hui, je voudrais vous dire que les personnes âgées sont aussi le présent et l'avenir de l'Église. Oui, elles sont aussi l'avenir d'une Église qui, avec les jeunes, prophétise et rêve ». Ainsi, le pape François s'est adressé aux participants du premier Congrès international de la pastorale des personnes âgées sur le thème La richesse des années reçus en audience au Palais Apostolique du Vatican.

« La richesse des années - a-t-il dit - est la richesse des personnes, de chaque personne qui a tant d'années de vie, d'expérience et d'histoire derrière elle. C'est le précieux trésor qui prend forme dans le parcours de vie de chaque homme et de chaque femme, quelles que soient ses origines, sa provenance, ses conditions économiques ou sociales. Car la vie est un don, et quand elle est longue, c'est un privilège, pour soi-même et pour les autres. Toujours ».

« La prophétie des personnes âgées - a-t-il poursuivi - se réalise lorsque la lumière de l'Évangile entre pleinement dans leur vie », et c'est pourquoi il a demandé aux participants, experts et opérateurs de la pastorale des personnes âgées du monde entier, de ne pas se priver d'annoncer l'Évangile aux grands-parents et aux personnes âgées ; « allez vers eux avec un sourire sur votre visage et l'Évangile dans vos mains. Sortez dans les rues de vos paroisses et allez chercher les personnes âgées qui vivent seules. La vieillesse n'est pas une maladie, c'est un privilège ! La solitude peut être une maladie, mais avec la charité, la proximité et le confort spirituel, nous pouvons la guérir ».

Surtout aujourd'hui, selon le Pape, les grands-parents peuvent être « le lien indispensable pour éduquer les enfants et les jeunes dans la foi » et pour cette raison, le pape François a souhaité que « nous nous habituions à les inclure dans nos horizons pastoraux et à les considérer, de manière non épisodique, comme une des composantes vitales de nos communautés. Grands-parents et personnes âgées ne sont pas seulement des personnes que nous sommes appelées à aider et à protéger pour préserver leur vie, mais elles peuvent être acteurs d’une pastorale d'évangélisation, des témoins privilégiés de l'amour fidèle de Dieu ».

Enfin, le Pape a demandé « que cette initiative [du Congrès] ne reste pas isolée, mais qu'elle marque le début d'un cheminement d'approfondissement pastoral et de discernement ». Nous devons changer nos habitudes pastorales afin de répondre à la présence de tant de personnes âgées dans les familles et les communautés ».