14 mai 2020
Jeunes

L'espérance chrétienne et la pastorale des jeunes dans une période d'incertitude

Publication des vidéos des discours du P. João Chagas aux Journées de Formation du Diocèse de Coimbra

Dans son discours aux participants au Forum international des jeunes, le 22 juin 2019, le pape François les a invités à vivre en grande harmonie le pèlerinage vers les JMJ de Lisbonne (qui auront lieu en août 2023) et le chemin de mise en œuvre des propositions du Synode de 2018 sur le thème Les jeunes, la foi et le discernement vocationnel. .

Le Saint-Père, dans son message pour les JMJ 2020, célébrées au niveau diocésain, a de nouveau écrit aux jeunes : « aimez voyager, vous confronter à des lieux et à des visages jamais vus auparavant, vivre de nouvelles expériences. C'est pourquoi j'ai choisi comme destination de votre prochain pèlerinage intercontinental, en 2022, la ville de Lisbonne, la capitale du Portugal. De là, aux XVe et XVIe siècles, de nombreux jeunes, dont de nombreux missionnaires, sont partis vers des terres inconnues, également pour partager leur expérience de Jésus avec d'autres peuples et nations. Le thème des JMJ de Lisbonne sera : Marie se leva et partit en hâte » (Lc 1, 39).

« Lorsque les difficultés semblent obscurcir les perspectives d'un avenir meilleur, lorsque nous faisons l'expérience de l'échec et du vide autour de nous, c'est le moment de l'espérance chrétienne, fondée sur le Seigneur ressuscité et accompagnée d'un large effort caritatif en faveur des plus démunis ». Ces paroles du Pape, prononcées dans son discours aux évêques portugais lors de leur visite ad limina le 7 septembre 2015, sont très actuelles en ces temps que nous vivons.

Souvent, nous pouvons nous décourager, même dans le domaine de la pastorale des jeunes. Le Pape François a mis les évêques portugais au défi de trouver les raisons pour lesquelles les jeunes se détournent de l'expérience de la foi et a rappelé la promesse de Jésus dans l'Évangile : « Je suis avec vous tous les jours, jusqu'à la fin des temps » (Mt 28, 20). Puis il a ajouté : « Il ne fait aucun doute que Lui, Il est là, mais où le cachons-nous ? En effet, si la proposition est Jésus Christ crucifié et racheté chez le catéchiste et dans la communauté, si ce Jésus se met en route avec le jeune et parle à son cœur, ce dernier brûlera sûrement » (cf. Lc 22:15.32).

Le passage de Lc 22, que nous venons de citer, est celui de la rencontre de Jésus avec les disciples d'Emmaüs. Ce texte a inspiré les débuts des JMJ (il suffit de se rappeler l'hymne de la rencontre mondiale de 1984 – Reste ici avec nous) et tout le parcours du Synode 2018.

Jésus veut marcher avec chaque jeune, le rencontrer personnellement, en interceptant son esprit ouvert qui cherche toujours de nouveaux horizons et de grands défis (cf. Christus Vivit 18). C'est la certitude d'être aimé par le Seigneur en toute circonstance (cf. ChV 112) qui soutient les jeunes dans une période pleine d'incertitudes. C'est pourquoi le Saint-Père crie presque aux jeunes : « Vous, jeunes, aimés par le Seigneur, combien vous valez vous qui avez été rachetés par le précieux sang du Christ ! Vous n'avez pas de prix ! Vous n'êtes pas des pièces à vendre aux enchères ! [...] Vous n'avez pas de prix : vous devez toujours vous le répéter : je ne suis pas aux enchères, je n'ai pas de prix. Je suis libre, je suis libre !  Tombez amoureux de cette liberté, qui est celle qu'offre Jésus » (ChV 122).

La certitude de cet amour pousse les jeunes à devenir eux-mêmes des protagonistes de l'évangélisation de leurs contemporains. Lorsqu'ils sont bien accompagnés et qu'on leur donne confiance, ils savent « trouver de nouvelles voies avec créativité et audace. [...] Il s'agit plutôt de recourir à la ruse, à l'ingéniosité et à la connaissance que les jeunes eux-mêmes ont de la sensibilité, du langage et des problèmes des autres jeunes ». (ChV 203).

Le champ d'application de l'accompagnement peut également inclure la participation des jeunes en tant que participants actifs. Comme le rappelle bien le Pape, « les jeunes sont capables de diriger d'autres jeunes et de vivre un véritable apostolat parmi leurs amis » (ChV 219).

Tout le potentiel du bien dans le cœur des jeunes doit les amener à se demander : « comment puis-je mieux servir le monde et l'Église et être plus utile ? Quelle est ma place sur cette terre ? Que pourrais-je offrir à la société ? » (ChV 285). Nous entrons ici dans la sphère de la vocation, du discernement sur le projet de vie.

Toutes ces questions (et bien d'autres !) ont été abordées dans une série de discours prononcés à Coimbra (Portugal) en janvier dernier. Ils ont récemment été mis à disposition en vidéo.