21 avril 2020
Dicastère

Reportées d’un an la Rencontre Mondiale des Familles et la Journée Mondiale de la Jeunesse

À l’écoute des familles et des jeunes pour recalibrer les événements en fonction des nouvelles exigences de logistique et de contenu

Promouvoir une meilleure préparation organisationnelle et pastorale, en tenant compte de l’impact présent et à venir de la pandémie du Covid-19 sur les familles et les jeunes. Telles sont les raisons du renvoi de la Rencontre Mondiale des Familles et de la prochaine Journée Mondiale de la Jeunesse, qui ont été reportées respectivement pour juin 2022 et août 2023.

“L’urgence sanitaire mondiale actuelle a eu un impact important sur la préparation de ces rencontres internationales – explique le père João Chagas, responsabile du Bureau Jeunes du Dicastère. Le gros des efforts des familles et des jeunes, une fois que l’urgence sera surmontée, sera concentré sur le soutien aux situations de fragilité dans les différentes sphères de la société, a-t-il poursuivi. L’expérience des jeunes aux JMJ et leurs témoignages sur la façon dont ils font face aux inévitables défis d’un événement de cette ampleur nous autorisent à avoir confiance en leur capacité de transformer chaque difficulté en une opportunité, en devenant les protagonistes de la reconstruction”.

La sous-secrétaire Madame Gabriella Gambino pour sa part souligne que les effets de la pandémie se font énormément sentir au sein des familles, en particulier dans les régions les plus périphériques et problématiques du monde. “Depuis toujours, explique-t-elle, l’Église est à l’écoute des besoins des familles. Elle ne pouvait donc pas rester indifférente aux urgentes difficultés économiques, sociales, psychologiques auxquelles de nombreuses personnes devront faire face dans les mois à venir. Dans ce sens, la Rencontre Mondiale des Familles veut vraiment être une rencontre concrète des familles avec le Saint-Père et des familles entre elles”.

C’est pourquoi, ajoute-t-elle, “la décision de reporter l’événement a été prise, compte tenu entres autres des difficultés logistiques et organisationnelles créées par le lockdown ces deux derniers mois. Par ailleurs, le renvoi permettra de recalibrer la rencontre, non seulement du point de vue de l’organisation, mais aussi de son contenu, qui devra tenir compte de la conversion spirituelle, éducative et pastorale que l’Esprit Saint nous demande par ces temps de pandémie”.