30 mai 2017
Mouvements ecclésiaux

Card. Farrell : « Un anniversaire pour aller de l’avant et marcher ensemble ! »

Le Renouveau charismatique fête ses cinquante ans. Célébrations à Rome avec le pape François

C’est le pape François lui-même, qui a convoqué à Rome le Renouveau charismatique du monde entier pour célébrer le 50ème anniversaire de la naissance de ce courant de grâce dans l’Église catholique : « Je vous attends tous, charismatiques du monde, pour célébrer avec le Pape votre grand Jubilé, à la Pentecôte 2017, place Saint-Pierre », a-t-il déclaré le 1er juin 2014 au rassemblement annuel du Renouveau dans l’Esprit à Rome. Le Renouveau charismatique catholique est né lors d’une retraite d’étudiants et de professeurs américains de l’Université de Duquesne, à Pittsburg, en février 1967, à la suite d’une expérience forte, appelée le « baptême dans l’Esprit » ou « effusion du Saint Esprit ». Le mouvement s’est ensuite propagé dans le monde entier avec des groupes de prière, des communautés d’alliance, des écoles d’évangélisation, et des communautés de service.

Dans les années quatre-vingt-dix, devant la nécessité de coordonner les multiples variétés d’expressions de cette réalité, deux organisations ont vu le jour : la Catholic Fraternity of Charismatic Covenant Communities and Fellowships et l’International Catholic Charismatic Renewal Services, reconnues par l’ancien Conseil pontifical pour les Laïcs. Ce sont ces mêmes organisations qui, aujourd’hui encore, ont préparé cet événement, avec pour conseiller direct le pape François.

C’est encore le Saint Père, qui a de plus suggéré de donner une marque œcuménique à l’événement jubilaire, avec la participation de trois cents membres des églises évangéliques et pentecôtistes : « Le Renouveau Charismatique est né œcuménique, et c’est dans ce sens que ce sera une célébration œcuménique », a déclaré le pape François, en répondant à une question sur le Jubilé d’Or, à son retour de Suède en janvier dernier, dans l’avion. Le cardinal Kevin Farrell, préfet du Dicastère pour les Laïcs, la Famille et la Vie, voit dans ces célébrations plusieurs raisons importantes : « Se souvenir de la grâce reçue de cette expérience qui a permis à des centaines de milliers de personnes de vivre leur vie quotidienne avec une foi renouvelée. Ce n’est pas seulement une question de dévotion … ».

Se souvenir, c’est aussi permettre à notre mémoire de se rappeler les choses pour lesquelles on doit demander pardon ; la Messe, que célébrera le Préfet du Dicastère au Cirque Maxime, le soir du vendredi 2 juin, donnera une importance particulière à la pénitence et la réconciliation. « Après cinquante ans de vie, le Renouveau doit reconnaître également des choses auxquelles il doit demander pardon, et même cette attitude est une grâce. L’objectif est celui de marcher ensemble, d’aller de l’avant avec l’intention de vivre l’unité, la communion, l’invitation de Jésus à ce que « tous ne soient qu’un ». Un avec celui qui vit diverses expériences, un avec les pasteurs de l’Église, un avec le Saint Père. Unis pour témoigner de l’œuvre de l’Esprit qui nous dépasse toujours.»

Environ trente mille personnes, venues de plus de cent pays du monde, membres de ce courant de grâce et de ses expressions variées, se retrouveront ce week-end de Pentecôte ; déjà, à partir du mercredi 31 mai, ils se rassembleront dans plusieurs endroits de Rome, avec des rencontres de prière, des symposiums et des groupes de travail d’approfondissement, des célébrations eucharistiques et des événements spéciaux pour les jeunes, les prêtres, et les familles.

L’audience générale de mercredi matin avec le Saint Père ouvrira les célébrations de l’anniversaire. La Messe de vendredi soir au Cirque Maxime, présidée par le cardinal Farrell, préparera tous les participants à la veillée du jour suivant, un long après-midi de prière, de témoignages et de musique, en attendant l’arrivée du pape François. Le dimanche de Pentecôte, la messe sur la place Saint-Pierre clora l’événement.

Parmi les manifestations parallèles, il y aura une exposition artistique sur la Pentecôte, organisée dans la basilique de sainte Anastasia au Cirque Maxime, et une autre, sur les serviteurs de Dieu issus du Renouveau, dans l’église de la Trinité-des-Monts.