06 avril 2017
#Krakow2Panama

Le Synode avec les jeunes et pour les jeunes.

« Chemin » est le mot qui relie les parcours des Journées mondiales de la jeunesse - un pèlerinage à travers le monde, commencé il y a trente ans - et du Synode des Évêques – la parole synode signifie «Marcher ensemble ». La XV Assemblée du Synode aura pour thème « Les jeunes, la foi et le discernement vocationnel » : il était donc inévitable que les deux réalités se rencontrent au cours de l’événement organisé par le Dicastère pour les Laïcs, la Famille et la Vie, qui rassemble, à Rome ces jours-ci, les agents de la pastorale de la jeunesse et des jeunes délégués de tous les continents.

C’est le secrétaire général du Synode, le cardinal Lorenzo Baldisseri, qui a introduit les travaux de la journée d'aujourd'hui. Il a parlé au sujet du parcours adopté par le Pape François, après une très large consultation, pour choisir le thème, et a expliqué que le Synode n’est pas sur les jeunes (objets d'étude) ou des jeunes (le synode est des évêques), mais il est avec les jeunes et pour les jeunes. Le Pape invite donc les jeunes, dans la lettre écrite à l'occasion de la présentation du Document préparatoire, à exprimer et communiquer leur foi.

Le Document lui-même n’est que le début d'un parcours qui veut écouter attentivement toutes les réalités et y réfléchir profondément. Les fruits de cette réflexion ne seront recueillis qu'à la fin du chemin synodal.

Une introduction au Document préparatoire, présenté au mois de janvier, a été faite par le sous-secrétaire du Synode, Mgr. Fabio Fabene, celle-ci a été ensuite suivie de la journée de travail. « Nous voulons aussi parler avec ceux qui sont éloignés et demeurent indifférents - dit-il - en leur montrant une Eglise qui prend soin de leur présent et de leur avenir. Les jeunes engagés dans la communauté ecclésiale doivent être missionnaires et doivent être à côté de leurs pairs à travers les formes et les itinéraires que vous proposerez aux diocèses de vos pays ». Mgr. Fabene a ensuite décrit les méthodes de consultation et d’approfondissement de la situation des jeunes dans le monde qu’ont été fournies par les Pères du Synode. Ces méthodes veulent écouter les jeunes, les inviter à s’y engager et leur faire sentir protagonistes de l'événement.

Tout suite après il y a eu deux tables rondes et de nombreuses interventions des délégués ont été écoutées. Le délégué des Etats-Unis, a lancé une invitation pour présenter le Document préparatoire aux jeunes de façon créative et même avec l'utilisation des réseaux sociaux; en France il y a eu un unanime accord sur le thème choisi et il a été immédiatement activé grâce à un certain nombre d'initiatives diocésaines, dans la conviction que la synodalité est la juste modalité de l'Eglise moderne; aux Philippines, au mois de mars, il y a eu une rencontre nationale avec les responsables locaux de la pastorale de la jeunesse; pour l'Église australienne 2018 sera l'année des jeunes; le Burundi présente de nombreux défis pour lesquels il faut y avoir une foi consciente, responsable, mûre, pas superficielle. La Terre Sainte - qui comprend Israël, la Jordanie et la Palestine - a seulement 2% de catholiques, mais ils sont très actifs et ils sont engagés dans une pastorale créative pour amener les jeunes au Christ « sans prendre possession d'eux »; enfin, en Colombie, une terre éprouvée qui est en voies de changement, l'Eglise travaille pour apporter des réponses aux problèmes de la pauvreté, la violence et la sécularisation.

 

#Krakow2Panama prof. Rosina introducing #Synod2018 Millennials: Connected, Confident, Open to Change, Collaboration Then time to listen to the young people

Un post condiviso da Laity, Family and Life (@laityfamilylife) in data:

Dans l'après-midi, Alessandro Rosina, professeur de démographie et statistique à l'Université catholique de Milan et consulteur du Synode, a présenté le travail qui a été fait pour la première partie du Document préparatoire relatif à l'analyse de la situation des jeunes d'aujourd'hui. En particulier Rosina a souligné que « on n'est pas jeune de la même manière dans toutes les périodes de l'histoire: l'expérience d'être jeune aujourd'hui est unique et doit être reconnue comme telle. Ensuite, il y a des traits communs de l’être jeune valides dans le monde entier et qui ont des caractéristiques locales, caractéristiques des réalités territoriales ». L'Eglise, a dit Rosina, « doit devenir plus attentive à l’égard des jeunes et en devenir une expérience positive dans leur vie afin de pouvoir être choisie par eux ». « Nous avons besoin des jeunes courageux » a-t-il poursuivi, citant le Pape François, « conscients d'être une valeur pour le monde ».

Les délégués, ensuite, ont été divisés en groupes de travail selon les régions linguistiques pour approfondir les pistes proposées par les responsables du Synode, auxquels ils enverront un bref rapport. La Sainte Messe a rassemblé tous les participants à la fin de la journée. Mgr. Fabene dans son homélie a rappelé que « la rencontre avec Jésus n'est pas la destination finale, mais le point de départ pour faire de notre vie un don ».

IMG_0163