21 septembre 2017
Jeunes

La Croix des JMJ amène l’espoir au Mexique

Parmi les étapes du Pèlerinage des symboles des Journées Mondiales de la Jeunesse : les zones touchées par le séisme

Alors que le Mexique creuse parmi les débris et pleure ses morts tués par le tragique tremblement de terre survenu il y a quelques jours, le Pèlerinage des symboles des Journées Mondiales de la Jeunesse continue. De façon significative, dans un moment de grande difficulté, et précisément dans les mêmes lieux centre-américains, démolis par la mort et la destruction, un itinéraire fait d’espérance et de jeunes laisse ses empreintes. Les jeunes, partis de la basilique de Guadalupe fin août, ont porté les symboles des JMJ – la Croix de l’Année Sainte et l’icône de la Vierge Salus Populi Romani – dans les diocèses du Mexique, en passant par Durango, Hermosillo, Monterrey.

D’après ce que le programme avait prévu, avant l le Pèlerinage devrait aussi faire une étape dans des villes fortement touchées par le séisme du 19 septembre, dont Acapulco, Oaxaca, Puebla (l’épicentre), mais également dans le Chiapas et le Yucatan.

L’histoire de la Croix des Jeunes – ou des JMJ – a plus de trente ans. Elle est née en 1984, pendant l’Année Sainte de la Rédemption, quand le pape Jean-Paul II décida de mettre dans la basilique Saint-Pierre une croix en bois qui atteigne presque 4 mètres de hauteur et soit visible par tous. A la fin de l’Année Sainte, quand la Porte Sainte s’est refermée, le Pape a confié la croix aux jeunes qui depuis l’amènent en voyage à travers le monde.