25 mai 2017
Guatemala

Les JMJ en Amérique Centrale sont une occasion unique

Visite ad Limina des évêques du Guatemala

Mercredi 24 mai, nous avons eu la joie de recevoir treize évêques du Guatemala dans le cadre de la visite ad Limina. Dans un climat de fraternité, les évêques nous ont fait part de leur joie et de leurs espoirs concernant la pastorale de la famille, des laïcs et de la vie.
Ils ont parlé de la bonne organisation de la pastorale familiale dans tous les diocèses, qui a été très active ces dernières années, et qui a produit beaucoup de matériel surtout dans les trois domaines fondamentaux : la préparation au mariage, la catéchèse familiale et l’accompagnement des personnes en situations canoniques irrégulières.

En ce moment ils procèdent à la mise à jour de tout leur matériel à partir d’Amoris Laetitia. Le card. Farrell les a encouragés à continuer dans cette direction en insistant sur la richesse de la réflexion des deux derniers synodes.

De plus, les évêques ont expliqué que dans leur pays, les débats sur l’idéologie du genre et sur les prétendus droits sexuels et reproductifs n’ont pas eu un impact particulier au niveau législatif. À ce propos, ils ont mentionné la similitude des points de vue avec les groupes évangéliques sur les thèmes de la défense de la famille et de la vie, qui représente un sujet privilégié de dialogue œcuménique.

Quant à la formation des laïcs, le défi est de les aider à être présents dans le monde séculier à partir de leur identité chrétienne, en particulier dans les secteurs de la politique et de l’économie, où l’on sent la nécessité d’une présence de chrétiens qui aient une unité de vie pour aider à surmonter les problèmes de corruption et de violence qui frappent le pays.

Une préoccupation majeure des évêques est celle d’attirer et de former les jeunes. Le card. Farrell leur a suggéré qu’il est nécessaire, à l’heure actuelle, d’inviter les jeunes à faire « quelque chose », à s’engager dans le bénévolat et, petit à petit, à leur offrir un accompagnement et une formation. La réunion s’est conclue dans la joie partagée des trois grands rendez-vous prévus dans les prochains dix-huit mois : la Rencontre mondiale des familles du 22 au 25 août 2018 à Dublin, le Synode sur les jeunes et les Journées mondiales de la jeunesse à Panama. Les évêques sont enthousiastes de ces trois futures rencontres ; ils nous ont parlé de la façon dont les familles s’organisaient déjà pour participer à Dublin, et comment les JMJ en Amérique Centrale était une occasion unique pour repenser la pastorale des jeunes.

Le Préfet les a encouragés à faire en sorte que ce soit les jeunes eux-mêmes qui répondent aux questionnaires envoyés par la Secrétairerie Générale du Synode car l’Église veut les écouter.

En résumé, ce fut un moment de coresponsabilité pastorale à travers le dialogue et l’espérance.