28 septembre 2017
Equateur

Nous pouvons envisager nos paroisses dans un sens laïc.

Visite ad limina des évêques de l’Equateur

Durant la visite ad limina des évêques de l’Equateur au Dicastère pour les laïcs, la famille et la vie, l’un des principaux sujets de discussion a été celui de la participation des laïcs dans la vie paroissiale.  Certains évêques ont souligné que « cette rencontre nous aide à envisager nos paroisses dans un sens laïc. C’est l’aide que ce Dicastère peut nous apporter ». Il a été question en particulier de ces fidèles qui ne vivent pas dans un tissu associatif mais qui ont comme référence principale la paroisse : « Nous avons une dette envers eux, nous devons investir dans la formation ».

Cet engagement de notre part semble encore plus nécessaire aujourd’hui car, comme c’est le cas dans de nombreux pays, les laïcs et les familles sont contraints de travailler dans une réalité toujours plus problématique. En particulier, « la crise de la famille qui s’accentue notamment en raison d’idéologies étrangères à la culture équatorienne et de pressions venant de l’étranger ».  

Mgr. Marcos Aurelio Pérez Caicedo, archevêque de Cuenca, a parlé, dans l’entretien que nous publions, du rôle des laïcs dans de nombreuses activités de l’Eglise et de la nécessité d’un accompagnement et d’une direction de la part des pasteurs.  

A ce titre, durant la rencontre, de nombreux évêques ont évoqué l’institution, qui a désormais dix-sept ans, du Celca, Consejo Ecuatoriano de Laicos Católicos, un organisme représentatif du laïcat né pour souligner davantage leur présence dans l’Eglise équatorienne.

Le card. Farrell a insisté sur l’importance de la formation des jeunes et des familles et a rappelé que, comme le dit souvent le pape François, « nous ne sommes pas en train de vivre un changement culturel mais un véritable changement d’époque » et nous devons être préparés à l’affronter.  

ad limina visit Ecuadorian Episcopal Conferenece