20 décembre 2017
Dicastère

Un engagement universel et pour la vie

Les paroles des sous-secrétaires Mme Ghisoni et Mme Gambino au commencement de leur mission

Sur la photo, les deux sous-secrétaires entre le préfet Kevin Farrell et le secrétaire p. Alexandre Awi

Le lendemain du début officiel de leur prise de fonction dans notre Dicastère, les sous-secrétaires Linda Ghisoni et Gabriella Gambino ont fait pour la première fois des déclarations au sujet de la mission à laquelle le pape François les a appelées.

Linda Ghisoni, sous-secrétaire de la section Laïcs, nous explique que « le fait d’être laïque, femme, épouse, mère, a suscité la surprise et la curiosité de certaines personnes qui, d’une manière ou d’une autre, ont souhaité me rencontrer après la publication de ma nomination ».

Il en est de même concernant Gabriella Gambino, sous-secrétaire de la section Vie, qui déclare qu’« en tant que femme et mère d’une famille nombreuse, je vois le « signe » d’une véritable mission au service de l’Eglise universelle, visant à protéger et surtout à promouvoir une authentique « culture de la vie et pour la vie humaine » de son commencement jusqu’à la mort naturelle ».

Dans un moment historique complexe comme le nôtre, a déclaré le sous-secrétaire Mme Gambino, en faisant référence à l’adoption récente de la loi italienne sur la fin de vie, « nous avons devant nous des défis inédits, qui non seulement exigent de notre part de savoir défendre de manière « forte » les raisons de la vie, mais qui nous imposent surtout d’être et de travailler pour une Eglise unie, capable de cet esprit de communion qui doit nous rendre des témoins précieux d’un amour plus grand, et ainsi susciter chez les hommes et surtout chez les femmes de notre temps une confiance inébranlable dans la valeur inestimable de la vie humaine ».

Au sujet des responsabilités liées à son nouvel engagement, le sous-secrétaire Mme Ghisoni espère « avec l’aide du Seigneur, pouvoir l’honorer à travers ses efforts quotidiens dans cette partie de curie où le souffle universel de l’Eglise est particulièrement perceptible. Pour ma part, – conclut-elle – je considère que le défi et l’opportunité qui nous attendent consistent à coopérer, chaque fidèle dans son état de vie, à cette même fin, en valorisant et développant notre vocation, propre à chacun ».