10 octobre 2018
Du Japon

"Kimi no na wa", les sentiments à l’époque de l'internet au Japon

Une histoire d'amour et d'amitié où la technologie sert à demander : « Comment t’appelles-tu ? »

Une histoire d’amitié « simple et belle », dans laquelle la technologie est un outil pour connaître l’autre destiné à laisser de l’espace à la mémoire du cœur et à une question urgente : « Comment t'appelles-tu ? "Kimi no na wa" (ton nom) est le film d'animation du réalisateur japonais Makoto Shinkai qui, en 2017, a remporté un énorme succès au Japon ainsi que dans le reste du monde.

« Ce film a suscité une conscience positive sur l’utilisation du chat », déclare le père Andrea Lembo, supérieur général du Pime au Japon, expliquant que le film raconte « une histoire d’amitié et d’amour simple et belle, véhiculée par un moyen de communication. Dans cette histoire, la technologie n’est pas une fin, mais l’outil pour comprendre ce qui se passe et vivre dans l’espace et dans le temps de l’un et de l’autre. Ensuite, le moyen de communication disparaît, car les messages sont supprimés. Ce qui reste, dans la mémoire du cœur, est le sentiment profond de connaître intimement une personne. Il reste une « rétro-mémoire » et tout se coagule dans ce « comment t’appelles-tu ? ».

Au Japon, le nom revêt une grande importance à cause notamment des idéogrammes, les kanji. « Quand on nomme un enfant, choisir le kanji signifie donner un sens à sa vie ». « Dans cette histoire d'amitié, d'amour, il y a une très belle histoire de salut : les protagonistes s'aiment si profondément que, même devant ses amis, il s'expose à cette folie et part à la recherche de celle qu’il aime. Il y a cette très belle scène d'une nuit en prière, là où la fille avec sa grand-mère avait apporté du saké. Dans beaucoup de religions il y a le passage de la nuit en prière pour avoir une illumination le matin, et cela est le cas dans le shinto ». Une fois de plus, dans le film « on savoure la tradition japonaise, en la faisant revivre de manière très positive dans le monde contemporain ».