21 mars 2018
#Synod2018

Entretien avec des jeunes du monde entier

Le pape François : « Il n’y a pas de jeunesse, il y a des jeunes avec leurs histoires, que l'Eglise veut écouter »

« Que cherches-tu dans la vie ? Dis-le, cela nous fera du bien de t'écouter ». C'est ainsi que le Pape François s'est adressé aux jeunes du monde entier qui participent jusqu'à samedi au pré-synode au Collège pontifical international Maria Mater Ecclesiae de Rome.

 « Il n’y a pas de jeunesse, il y a des jeunes avec leurs histoires, que l'Eglise veut écouter » a déclaré le pape François : « Trop souvent, nous parlons des jeunes sans vous interroger. Même les meilleures analyses sur le monde des jeunes ne remplacent pas le besoin d'une rencontre face à face ». « Certains – a-t-il ajouté - pensent qu'il serait plus facile de vous garder “ à une distance de sécurité ”, afin de ne pas être provoqués par vous.

Mais les jeunes nous demandent aujourd'hui la proximité. Et il ne suffit pas d'échanger des messages ou de partager de belles photos. Les jeunes doivent être pris au sérieux ! Il me semble que nous sommes entourés d'une culture qui, si d'une part idolâtre la jeunesse en tentant de la faire durer toujours, d'autre part elle exclut tellement de jeunes à être protagonistes ». « Souvent – a répété le Pape - vous êtes marginalisés de la vie publique et vous vous trouvez en train de mendier des métiers qui ne vous garantissent pas un futur. Trop souvent, vous êtes laissés seuls ».

Parmi les 300 participants, il y avait des jeunes délégués de toutes les conférences épiscopales du monde, des séminaristes et novices, des représentants d'associations et de mouvements, des étudiants d’écoles et universités catholiques, des jeunes du monde de la culture, du volontariat, de la politique et du sport, mais aussi des jeunes d'autres confessions chrétiennes et de religions, handicapés ou ayant vécu le drame de la prison, de la traite et de la toxicomanie. Parmi les thèmes abordés figuraient les difficultés de fonder une famille, la blessure du divorce des parents, la précarité économique, la tiédeur d'une Église dont s’éloignent tant de personnes, l'incertitude de l'avenir, la peur de l'engagement, le manque d'opportunités.

D’après le secrétaire général du synode, Lorenzo Baldisseri, « les jeunes sont à la fois l'objet et le sujet du cheminement synodal, appelés à écouter leurs pasteurs, mais appelés également à parler à leurs pasteurs, à leur ouvrir leur cœur, dans une circularité vertueuse qui est l'essence même de la synodalité ecclésiale ». Pour cette raison, le cardinal a annoncé que « dimanche, à la fin de l'Eucharistie, qui ouvrira les rites de la Semaine Sainte et célébrera la XXXIIIème Journée Mondiale de la Jeunesse, nous aurons la joie et l'honneur de remettre, entre les mains du Pape, le document émanant de la réunion pré-synodale, auquel les jeunes confieront les désirs et les espoirs de leurs contemporains du monde entier en vue du synode d'octobre ».