28 septembre 2018
Dicastère

Des Amériques à l'Asie et au-delà ... les bonnes pratiques des laïcs catholiques

Une journée intense d'écoute et d'échange d'expériences sur la formation des Christifideles dans le monde

Ce fut une journée de travail intense, hier, lors de la rencontre internationale sur la promotion et la formation des fidèles laïcs organisée par le Dicastère ; les « bonnes pratiques » des pays d'Amérique du Nord et d'Amérique latine, Asie, Océanie et Europe ont été présentées. Une multitude de dons à partager, mais aussi beaucoup à apprendre des plus petits et de ceux qui ont moins de ressources. Tout d’abord avec le Canada, où à côté des diverses institutions de formation au niveau national, y compris des universités, il y a une grande vivacité dans les Églises locales. Aux États-Unis, parallèlement aux catéchèses traditionnelles, de nombreuses associations locales proposent des formations : laïcs pour les laïcs. Au Mexique, une formation permanente est garantie sur des sujets d'actualité qui permettent de justifier la foi dans différents environnements : académique, politique, culturel. À Cuba, il y a des réunions inter-diocésaines de laïcs, des semaines sociales et des ateliers de formation laïque avec des cycles d'une semaine par an pendant trois ans, ainsi que des semaines d'été de formation. Au Pérou, une école de réconciliation et de pardon est organisée en réponse au terrorisme pour former de nouvelles personnes. Les laïcs y sont très impliqués.

Aux Philippines, LAIKO, la branche opérationnelle de la Conférence des évêques philippins pour la coordination de l'apostolat des laïcs, a été créée depuis longtemps. Elle comprend 55 organisations laïques nationales et 57 conseils diocésains. De plus, la présence des communautés ecclésiales de base guidées par les laïcs est forte.

L'Australie se distingue toutefois par un programme spécifique de formation pour les jeunes femmes, le « Leadership for mission » et par la « Catholic mission » qui propose des programmes de formation intégrale de la personne pour en faire des missionnaires de Jésus-Christ.

En France, une formation de deux ans est offerte sur la prière, la Parole de Dieu, le discernement et la mission pour constituer des équipes d'animateurs et le réseau de cours ouverts sur la formation théologique est utilisé. En revanche, la formation des laïcs en Allemagne est organisée au niveau diocésain et la possibilité de suivre des cours de théologie en ligne est également offerte dans ce contexte. Une bonne pratique en Italie est le projet Policoro, qui vise à former des jeunes à l’étude des questions sociales pour ensuite créer des coopératives, des entreprises et des activités de production.

Dans l'après-midi, la rencontre a été différente. On a pu écouter les expériences de deux laïcs impliqués dans le monde de l'information et de l'entrepreneuriat. Maria Paz Lagos a présenté son expérience dans "Catholic Voices", dont elle dirige l'organisation au Chili, un réseau créé en 2010 pour faire entendre la voix de l'Église dans les médias, tandis que Ricardo Callejo Rovira, de Barcelone, a parlé de la formation des laïcs dans le domaine de l'entrepreneuriat et du travail.

Au cours de la journée, des moments de débat ont permis aux participants d'intervenir sur tout ce qu'ils ont entendu, créant ainsi un climat de partage et un échange d'opinions intéressant.

À la fin de la journée, Santiago Perez de Camino, responsable du bureau du Dicastère pour la promotion et la formation des laïcs, a présenté le chemin qui a mené à cette rencontre internationale, avec les objectifs pour un avenir proche.