08 avril 2018
Onu

Femmes et droits

Commission sur la condition des femmes : focus sur éducation et développement intégral à l’ère de la colonisation idéologique

Les femmes, en particulier celles qui vivent dans les zones rurales du monde, ont été les protagonistes de la récente conférence de la Commission des Nations Unies sur la condition de la femme à New York.

L'archevêque Bernardito Auza, observateur permanent du Saint-Siège auprès des Nations Unies, a déclaré qu'il est nécessaire de fournir aux femmes les « conditions nécessaires pour leur épanouissement et mettre à profit leur potentiel », et cela d'un point de vue économique « signifie garantir l'égalité des droits d'accès à la terre, à l'eau, aux semences, aux contrats légaux, au marché et aux finances », mais aussi le droit à être nourries et soignées de manière appropriée et la possibilité d'avoir une éducation supérieure pour exploiter leurs talents.

En ouvrant l'événement sur le thème « Promouvoir le développement intégral des femmes et des jeunes filles en Afrique à l'ère de la colonisation idéologique », l'archevêque a rappelé que le pape François a souligné à plusieurs reprises le problème de la « colonisation idéologique », autrement dit la pratique par laquelle les nations, les agences et les fondations les plus puissantes et les plus riches forcent les pays, autrefois colonisés par des moyens militaires ou économiques, à accepter, comme condition à l'aide au développement, certaines pratiques concernant la sexualité, la vie et la famille. Et cela se passe surtout en Afrique.

L'observateur Auza a déclaré que les Nations Unies discutent beaucoup de l'importance de ne laisser personne derrière et de bloquer la discrimination contre les femmes et les personnes handicapées, mais pourtant de grandes violations sont tolérées, en particulier les avortements sélectifs après des tests génétiques prénataux qui donnent des informations sur le sexe et les maladies de l'enfant à naître.

Akech Aimba, qui s'occupe d’assistance post-avortement au Kenya, était présente à l’événement ; elle a parlé d’« intimidation idéologique » de la part des organisations occidentales qui ont mis en place des « cliniques d'avortements illégaux » dans les zones rurales du Kenya et forment des jeunes médecins de Nairobi à pratiquer des interruptions de grossesse « pour obtenir de l'argent facile ». En outre, a ajouté Aimba, « pour augmenter la clientèle pour les avortements, les comportements sexuels irresponsables sont organisés » par la contraception. Joy Brenda Mdivo, avocat de Nairobi, lui a fait écho, confirmant que la « colonisation idéologique » en Afrique prend également la forme d'une « éducation sexuelle » qui encourage les plus jeunes à faire des expériences sexuelles.

 

 

Pour informations et documents : www.holyseemission.org