04 décembre 2018
Visite ad limina

Iles de l'Océan Indien, tout est axé sur les jeunes

Les efforts pastoraux entrepris par les évêques de la Conférence épiscopale des Iles de l'Océan Indien, qui inclut les îles Seychelles, La Réunion, Maurice, Maurice-Rodrigues, Comores-Mayotte, sont largement axés sur les jeunes, pour une population totale de un million de fidèles. Les évêques en ont parlé lors de leur visite ad limina qui a eu lieu il y a quelques jours au Dicastère, expliquant que, à l'exception des Comores et de Mayotte, toutes les îles ont une population catholique importante et connaissent actuellement de profonds changements sociaux, économiques, culturels, moraux, religieux plus ou moins similaires.

L'archipel des Seychelles (115 îles et un seul diocèse, Port-Victoria) s'est renforcé grâce au tourisme, mais cette croissance a exposé le territoire à un plus grand laïcisme, sécularisation et à la perte des valeurs traditionnelles : l'Église ressent clairement l'urgence de mettre en place une pastorale plus créative pour soutenir les familles et assurer la transmission de la foi aux nouvelles générations. Dans toute la région de la CEDOI, le livre d'Yves Semen sur la théologie du corps selon Jean-Paul II a été adopté comme manuel de référence pour encourager la pastorale de la famille et chaque diocèse est chargé d' approfondir un chapitre.

Même l'île de la Réunion est touchée par une forte sécularisation qui se traduit par un déclin des naissances, une population vieillissante, une diminution du nombre de mariages, une augmentation des divorces et une large diffusion des cohabitations. Le seul diocèse du pays - Saint-Denis de la Réunion - redouble donc ses efforts pour faire briller la lumière de l'Évangile dans ces zones d’ombres et susciter l'espoir. Parmi les priorités pastorales, le mariage et la famille. De ce diocèse, trois groupes de jeunes partiront pour les Journées Mondiales de la Jeunesse au Panama.

Le vicariat apostolique de Rodrigues compte 42 369 habitants, dont 86% de catholiques. Les jeunes s'éloignent de plus en plus des traditions et la famille et la foi sont en crise : les divorces se multiplient, les mariages s'effondrent et les sectes se multiplient. Ici, comme dans les autres îles, le travail auprès des familles blessées n’en est qu’au début : lentement, les paroisses contactent les personnes séparées, divorcées et remariées pour entreprendre un parcours avec elles.

L'Ile Maurice est composée d'un seul diocèse, et même ici, les jeunes sont les premiers à payer le prix de la perte d'un horizon de valeurs de la société. Dans le but de proposer une réponse à long terme à ce défi, le projet catéchétique diocésain "Kleopas" est né en 2016 pour donner une forme organique et une reconnaissance à la pastorale des jeunes, qui vise à redonner à la famille son rôle de protagoniste, dans la mesure où la faiblesse de la famille, parfois même son absence, provoquent un court-circuit dans la transmission de la foi. Un autre aspect important de la pastorale de Port-Louis est la participation des laïcs, qui compense au moins en partie le manque de prêtres.