26 septembre 2018
Dicastère

Les « bonnes pratiques » dans la promotion et la formation des fidèles laïcs

« Élargir notre compréhension des conditions actuelles des fidèles laïcs » et « étendre notre regard vers les recoins de la société toujours plus sécularisés, qui sont facilement négligés lorsque nous discutons de la vie de l'Église »

Le card. Kevin Farrell, préfet du Dicastère pour les laïcs, la famille et la vie, présente cet après-midi à Rome les travaux de la rencontre internationale Promotion et formation des fidèles laïcs. Bonnes pratiques organisée par le Dicastère, et en explique ses objectifs. Trois jours de discussion (26 - 28 septembre) avec une quarantaine de représentants de 15 conférences épiscopales sur le thème de la formation des laïcs pour dresser un panorama des différents continents. Ce matin, les participants ont pris part à l'audience générale avec le pape François sur la place Saint-Pierre. « Nous ne pouvons pas nous limiter à ce qui est déjà dans la “sphère de l'Église”- déclare le card. Farrell - mais nous pouvons commencer par offrir un soutien à nos frères et sœurs dans le Christ qui n'ont peut-être pas l’organisation ou les ressources pour lancer des programmes et des initiatives destinés à réaliser la mission d'évangélisation ».

Après avoir rappelé l'origine du Dicastère - né en 2016 de la fusion des précédents Conseils Pontificaux pour les laïcs et pour la famille -, le Préfet en souligne sa mission : « promouvoir chez les fidèles laïcs la conscience de leur coresponsabilité, en vertu du Baptême, dans la vie et la mission de l'Église ». En cette nouvelle saison, l'intention du Saint-Siège est de « se concentrer davantage sur les paroisses locales, où de nombreux fidèles laïcs, en particulier ceux qui ne font pas partie d'un mouvement ecclésial, rencontrent le Seigneur et son Église ».

Pour le pape François, le rôle des laïcs dans l'Église « est aussi important que celui du clergé et doit donc être respecté et apprécié. Nous sommes appelés à laisser les laïcs être des laïcs et les prêtres à être des prêtres ». À plusieurs reprises, le Pape, comme l’a rappelé le préfet du Dicastère pour les laïcs, la famille et la vie, « a souligné l’importance des fidèles laïcs et la nécessité d’en éviter la cléricalisation », et avant lui saint Jean-Paul II avait mis en garde contre la cléricalisation des laïcs et la laïcisation du clergé. À la lumière de la « réciprocité entre clergé et laïcs », il nous invite à « partager quelques méthodes particulières » dans lesquelles la mission d'évangélisation est vécue et à « explorer les domaines dans lesquels l'Église peut offrir un soutien supplémentaire ». Et cela toujours dans le respect des « différences culturelles qui nécessitent inévitablement différentes méthodes et approches pour faire face à la promotion et à la formation des laïcs dans les différentes parties du monde ». En vue de la mission d'évangélisation  « nous devons d'abord acquérir les outils et la préparation nécessaires. Et pour préparer les fidèles laïcs, quel meilleur endroit que celui des paroisses locales qu’ils fréquentent ? ».

À la fin de la journée, dans l’homélie de la célébration eucharistique, le cardinal a rappelé que le Seigneur veut avant tout « que nous nous placions dans une perspective missionnaire. Sachez que l’un des plus grands souhaits du pape François est qu’une nouvelle mentalité missionnaire entre dans l’Église à tous les niveaux. Il s’agit d’acquérir une mentalité nouvelle, un regard nouveau pour nous adresser à ceux qui n’ont pas encore été rejoints par le Royaume de Dieu ». C’est en ce sens que nous devons « comprendre la promotion et la formation des fidèles laïcs, comme un chemin qui tend à la fin à former des disciples missionnaires, pour utiliser une expression chère au pape François ».