24 août 2018
Rencontre mondiale des familles

Martinez (Centre Famille de Nazareth), « la crise de la famille est spirituelle, la prière comme antidote »

« La famille chrétienne est une tendresse blessée, mais une ostension du sacrement de la tendresse divine. Tant qu'elle est sur la terre, la famille chrétienne sera toujours secrètement en empathie avec la souffrance humaine ». Ce sont les paroles de Salvatore Martinez, président du Renouveau dans l’Esprit et président de la fondation du Vatican « Centre international de la famille de Nazareth », qui a pris la parole aujourd'hui à la Rencontre mondiale des familles à Dublin. Dans ses mots, il y a un aussi message d'espérance : « Une famille chrétienne qui vit du Saint-Esprit ne perdra jamais courage ; chaque tâche lui paraîtra possible. Ne perdons pas alors courage, et faisons d’Amoris laetitia, de la joie de l'amour en famille, notre Évangile pour le monde ». Salvatore Martinez considère la crise que traverse la famille, une « crise spirituelle ».

« Aujourd'hui, l'art de vivre l’amour est en crise, car l'expérience de Dieu que nous faisons dans nos maisons est en crise – a-t-il ajouté -. Nos enfants ne meurent pas par manque de pain ou de travail ; ils souffrent et meurent par manque d'amour ». Selon le président de la Fondation du Vatican « Centre international de la famille de Nazareth », il y a deux implications de cela : « l'éducation chrétienne dans la famille est en crise tout comme la transmission de la foi dans nos maisons ». Mais « la famille vit, elle est vivante et est destinée à donner vie au monde ». « Elle est vivante si elle se régénère spirituellement sans baisser les bras face au mal, aux si nombreuses attaques du mal qui l'affectent chaque jour », a déclaré Martinez. Et pour réussir cela, d’après lui, il faut une « régénération spirituelle  et, en particulier, la « prière familiale », « comme antidote ». « La présence de l'Esprit Saint, dans la famille, se nourrit par la prière, en permettant à Dieu de nous rendre visite tous les jours chez nous. Il n'y a pas de meilleur moyen, plus efficace, que celui de prier et de prier ensemble. Quand la famille prie, la famille est vigilante, prophétique, amoureuse, incarnée, en communion ».