29 avril 2018
Visite ad limina

Nigeria, une Eglise dynamique et vibrante

Pendant deux jours consécutifs, les 24 et 25 avril, notre Dicastère a accueilli un important groupe d'évêques du Nigeria en visite ad limina apostolorum à Rome. Avec près de 200 millions d'habitants, dont environ 20% de catholiques, le Nigeria abrite la communauté catholique la plus peuplée du continent africain. La fresque peinte par les évêques présente l'image d'une Église dynamique et vibrante, en croissance constante tant numériquement que qualitativement. En effet, le sens inné de Dieu qui unit tout le peuple nigérian se reflète dans les paroisses, où il y a une fréquence de participation à la messe d'environ 90% chaque dimanche.

Les évêques ont également salué le dévouement et l'engagement des fidèles laïcs dans l'Église à tous les niveaux, en particulier dans les domaines où leur expertise est la plus demandée (finances, gestion, santé, éducation, œuvres caritatives). Ce dévouement est le résultat d'une sollicitude constante des pasteurs qui ont toujours vu chez les laïcs l'ancre de l'Église elle-même ; déjà en 1973, la Conférence épiscopale a adopté un organe, le Catholic Laity Council of Nigeria, pour coordonner l'apostolat des laïcs et garantir leur bonne préparation catéchétique-pastorale à travers des subventions et des programmes de formation. Aujourd'hui, grâce à des initiatives comme le Catholic Social Forum, le nombre de fidèles qui choisissent de s'engager dans l'administration des affaires publiques augmente de plus en plus.

 « Il ne suffit pas que les églises soient bondées – ont réitéré les évêques -.  Il est nécessaire de regarder ce qui se passe au-delà de la messe, dans la vie quotidienne, où les choix de vie ne sont pas toujours en accord avec la foi. Il faut plus de cohérence ». Pour donner quelques exemples, ils ont parlé du problème de la polygamie, qui affaiblit l'institution du mariage chrétien, et du phénomène omniprésent de la corruption qui n'épargne pas les fidèles catholiques. La situation des jeunes, luttant contre le chômage, l'analphabétisme, la pauvreté, le manque de perspectives, devient préoccupante. Mais surtout, les jeunes Nigérians sont exposés sans défense aux pernicieux courants idéologiques qui viennent principalement de l'Occident ; pour les mêmes raisons, ces jeunes sont aussi les victimes désignées des nombreuses sectes qui foisonnent dans le pays et vendent « l’Evangile de la prospérité » . Par conséquent, les évêques ressentent l'urgence d'intégrer le soin des âmes en s’engageant en faveur de toute initiative visant à créer de meilleures conditions sociales.