27 octobre 2018
#Synod2018

Synode des jeunes : des perles sur la famille

D'après les rapports des « cercles mineurs » sur les trois parties de l'Instrumentum laboris, nous avons choisi des « perles » qui montrent le lien unique qui existe entre la pastorale de la famille et celle des jeunes ; et avant tout la conscience que la famille est la ressource stratégique non seulement pour la pastorale des jeunes, mais pour l'évangélisation même de l'Église.

 

 

Sur la première partie

Italien B

Souvent, la crise du monde de la jeunesse reflète avant tout celle du monde des adultes, des familles aux communautés qui devraient accueillir et accompagner les jeunes. Si l’on a parfois l’impression de marcher dans la nuit, il existe néanmoins de nombreux signes d’une aurore qui encouragent la confiance et l’espérance. Les faiblesses vécues par les jeunes, celles liées aux contextes de familles blessées ou en difficultés économiques, à celles des peurs et des insécurités face à l'avenir doivent être prises en compte.

Anglais D

Sur la paternité et la maternité spirituelles, beaucoup ont estimé que cette image exprimait de manière poétique ce que les jeunes veulent et attendent de l'Église. Ils veulent des mentors, des guides, des amis spirituels disposés à marcher avec eux. En particulier dans une époque où, au moins en Occident, la famille est en crise, cette relation de confiance entre les jeunes et les pères et les mères dans l’ordre spirituel revêt une importance primordiale. L'un des membres africains de notre communauté nous a rappelé que dans de nombreuses langues africaines, il n'y a pas de mots pour dire cousin, oncle ou tante, car chaque membre de la famille est considéré comme un frère ou une soeur. Ce même type d'unité et d'association devrait caractériser la vie de l'Église.

Anglais C

Un défi à relever est celui du nombre de jeunes issus de familles monoparentales (dans certaines sociétés, il est très élevé), avec pour conséquence le manque de connaissance du sens de la maternité ou de la paternité. Pour le jeune, la centralité de la famille est fondamentale, mais il faut tout un village pour élever un enfant. S'il existe des communautés qui soutiennent les familles, alors celles-ci peuvent mieux offrir une vie agréable à leurs enfants. L'Église doit être une famille.

Portugais

Nous avons souligné le rôle fondamental de la famille dans la vie des jeunes et la crise identitaire du rôle paternel et maternel, reconnaissant à quel point l'Église offre très souvent aux jeunes des expériences de famille, de paternité et de maternité.

Français A

L'Instrumentum laboris mentionne le lien entre ce synode et les deux précédents sur la famille (n ° 11). Mais nous voudrions que ce lien soit mieux présenté et que l’importance de la famille, en tant qu’union stable entre un homme et une femme, tous deux ouverts au don de la vie soit réaffirmée car la manière dont les jeunes se construisent dépend, dans une large mesure, de ce qu’ils reçoivent ou ne reçoivent pas de leur famille. De la même manière, il est nécessaire de valoriser l'idéal familial en montrant que la vie de couple et de la famille, comme l'Église la propose, est possible, et que c'est un chemin de réalisation de sa vocation. De même, étant donné que la famille n’est pas une abstraction, il conviendrait de rappeler que si les familles se laissent absorber par le modèle individualiste dominant, elles courent de grands risques. Les familles qui restent fidèles à leur mission sont celles qui, patiemment et avec le temps, apprennent à s’accueillir, parents et enfants, à accueillir la vie sous toutes ses formes et à témoigner de leur amour, en œuvrant pour la justice et la dignité de chaque être humain, en particulier des plus fragiles. C’est sans doute pour ces raisons que la plupart des jeunes restent attachés à la valeur de la famille.

 

 

Sur la deuxième partie

Anglais B

L'accompagnement normal se produit initialement dans la famille. Les parents sont généralement les personnes qui connaissent le mieux leurs enfants et sont également ceux en qui les enfants ont confiance. La racine du mot  accompagner est « cum-pain » ou « partager le pain » : c'est le partage de la vie quotidienne ; parents, enfants et amis se retrouvent dans cet état privilégié. La famille est le lieu d'accompagnement normal ; c’est d’elle que découlent d’autres formes d’accompagnement comme celui spirituel, psychologique ou dans le sacrement de la Réconciliation. Il existe une demande généralisée d'accompagnement spécifique pour les couples fiancés ou à peine mariés, semblable à celui destiné aux religieux et à ceux qui se préparent au ministère ordonné. Pour la plupart des jeunes dans l'Église, le parcours vocationnel mènera au mariage et à la vie de famille. Ces jeunes doivent être accompagnés lors du discernement à leur vocation au mariage. De la même manière, ils ont besoin d'un accompagnement lors de leur préparation à la vie conjugale, pour ensuite faire l'expérience de ses joies et de ses difficultés.

 

 

Sur la troisième partie

 

Anglais D

Les jeunes aspirent à la sainteté de vie et désirent une formation concrète qui les aide à suivre le chemin de la sainteté. Les vertus classiques, à la fois cardinales et théologiques, doivent être enseignées et les habitudes nécessaires pour les inculquer doivent être encouragées. C’est un thème qui tient beaucoup au cœur du pape François, puisqu’il le développe plus largement dans le septième chapitre d’Amoris laetitia. Là aussi, le Saint-Père précise que la famille est le lieu privilégié où se déroule cette formation fondamentale dans la sainteté.

Anglais A

Parmi les domaines d'action pastorale, il y a un guide pratique pour les parents et les grands-parents en tant que « premiers enseignants » des jeunes et pour la famille, qui est la « petite Église », « l'école d’amour et d’humanité », ainsi qu'une plus grande contribution des femmes, des familles et des jeunes responsables laïcs dans la formation au séminaire.

Espagnol B

Lorsque nous accompagnons les jeunes à la découverte de la volonté de Dieu dans leur vie, il est bon qu’ils aient la possibilité de réaliser la vocation « fondatrice » de l’amour qu’ils ont reçu avec un accompagnement adéquat de la part de l’Église. La pastorale des jeunes leur propose un projet de vie à partir du Christ : la construction d’une maison, d’un foyer construit sur le roc (voir Matthieu, 7). Cette maison, ce projet pour beaucoup d'entre eux sera réalisé dans le mariage et dans la charité conjugale. Il est donc nécessaire que la pastorale des jeunes et de la famille ait une continuité naturelle, opérant de manière coordonnée et intégrée entre elles et avec les autres services de pastorale connexes (vocationnelle et catéchétique), afin de pouvoir accompagner le processus vocationnel de manière appropriée.

Français A

La famille est le point de départ du cheminement qui mène à la rencontre avec le Christ. La pastorale des jeunes ne peut donc pas être pensée indépendamment de la pastorale de la famille. Selon les pays, les familles rencontrent toutes des difficultés. Elles ne sont pas toutes identiques et sont souvent la conséquence du contexte social et politique, mais nous pensons qu’il y a là un défi important pour la croissance humaine et spirituelle des enfants et des jeunes. Cela aurait été intéressant de voir des familles (parents et enfants), et des jeunes couples invités au synode pour témoigner de la manière dont ils essayent de vivre le sacrement du mariage et l'éducation de leurs enfants.