10 avril 2019
Sainteté des laïcs

Deux laïcs parmi les huit décrets vers la sainteté

Un enfant brésilien et une femme italienne sur le chemin des autels pour avoir consacré leur vie à Jésus malgré les défis et les souffrances qu'ils ont connus

Le 6 avril dernier, le Saint-Père a approuvé les vertus héroïques de deux laïcs, un enfant et une femme : Nelson Santana du Brésil et Nuccia Tolomeo d'Italie. Tous deux ont donné un témoignage fort de foi et de proximité à Jésus face aux maladies incurables et aux grandes souffrances. Comme le dit le pape François dans l'Exhortation apostolique Gaudete et exultate, lorsque les malades vivent leurs difficultés avec patience et surnaturel, ils sont souvent un exemple évident de « sainteté ‘‘de la porte d’à côté’’, de ceux qui vivent proches de nous et sont un reflet de la présence de Dieu, ou, pour employer une autre expression, ‘‘la classe moyenne de la sainteté’’ » (n.7).

Nelson "Nelsinho" Santana est né à Ibitinga, au Brésil, le 31 juillet 1955 et est décédé le 24 décembre 1964. Pendant son séjour à l'hôpital, Nelson a gagné la sympathie et l'amour du personnel hospitalier et des autres enfants hospitalisés. Il fit sa première communion dans la chapelle de l'hôpital, et à l'âge de neuf ans, il eut une forte compréhension du sens de la souffrance de Jésus. On lui a diagnostiqué un cancer du bras, mais il ne s'est jamais plaint de douleur, il a plutôt soutenu les autres patients. Il a dit à sa mère qu'il avait promis à Jésus de ne pas se plaindre de la souffrance et de la douleur. Chaque jour, il exprimait son désir de se confesser et de participer à la communion eucharistique. Finalement, la tumeur est devenue envahissante et Nelson est mort la veille de Noël, la même année où il a été admis à l'hôpital. Encore aujourd'hui, il y a beaucoup de dévots qui demandent des grâces et des faveurs au petit Nelsinho et prient sur sa tombe.

Gaetana "Nuccia" Tolomeo est née le 10 avril 1936 à Catanzaro, en Italie, avec une paralysie déformante. La maladie de Nuccia a progressé au fil des ans, entraînant son décès à l'âge de 60 ans, le 1er janvier 1997. Tout au long de sa vie, Nuccia n'a pas laissé sa maladie l'empêcher de vivre une vie chrétienne sainte - elle priait tous les jours, le chapelet toujours dans sa main. Dans la biographie écrite par sa cousine Ida Chiefari, il est écrit que, bien que Nuccia ait été obligée de rester sur un lit ou une chaise pendant la majeure partie de sa vie, la servante de Dieu avait compris que le Seigneur l'utilisait comme un instrument pour gagner tant de frères au Christ. Durant ses dernières années de vie, Nuccia a collaboré avec une station de radio, d'où elle a diffusé des messages mystiques et de spiritualité aux personnes qui souffrent dans leur corps et dans leur esprit, aux prostituées, aux toxicomanes et aux familles dans le besoin.