17 mars 2019
Femme

L'Église est mère et la femme en est la figure

« Inviter une femme à parler des blessures de l'Église, c'est inviter l'Église à parler d'elle-même ». Telles sont les paroles du Pape François lors de la récente rencontre sur La protection des mineurs dans l'Église

Le 8 mars dernier, lors d'une table ronde à l'Université pontificale de la Sainte-Croix sur « le rôle de la femme dans l'Église », Gabriella Gambino, sous-secrétaire de notre Dicastère, a pris également la parole. Dans son discours, que nous joignons en annexe, elle a dit entre autres choses : « J'ai pu entendre les paroles du Saint-Père en direct et j'ai eu le privilège de pouvoir regarder son visage intense en prononçant ces paroles qui ont immédiatement résonné dans le monde entier ».

Les paroles fortes du Pape concernaient la femme et sa place dans l’Église : « Il ne s’agit pas de donner plus de fonctions à la femme dans l’Église. Il s’agit d’intégrer les femmes en tant que figures de l’Église dans notre réflexion. Et aussi penser à l’Église avec les catégories d’une   femme ». « Tandis que j'écoutais le Pape – a raconté Gabriella Gambino lors de son discours à la table ronde -, j'ai senti qu'il exprimait enfin le vrai sens de la présence et du rôle des femmes dans l'Église. Il parlait de ce que j'ai toujours pensé et ressenti en tant que femme de foi, et surtout depuis que j'ai été appelée par le monde à travailler dans l'Église, pour l'Église et en tant qu'Église. L'Église est femme, elle est épouse, elle est   mère. Et à travers la femme, elle doit apprendre à parler d'elle-même, de ce qui fonde la co-présence naturelle des femmes dans l'Église aux côtés des hommes et, en particulier, des prêtres ordonnés ».