24 mars 2019
Église et sport

Pas un «sport chrétien», mais une «vision chrétienne du sport»

Les 15 et 16 mars, le Centre sportif italien a célébré à Rome sa Conférence nationale intitulée « Église ou Sport ? » à l'occasion du 75ème anniversaire de sa création

Dans le cadre des initiatives liées au 75e anniversaire, la Conférence nationale du Centre sportif italien a été célébrée à Rome les 15 et 16 mars en présence des présidents régionaux et provinciaux et de leurs assistants ecclésiastiques respectifs.

Santiago Perez de Camino, responsable du Bureau Église et Sport du Dicastère, a participé à la table ronde du samedi 16 avec des responsables sportifs de différentes associations et de la CEI. Il a réaffirmé l'importance des laïcs dans l'évangélisation et pour le témoignage cohérent de la vie chrétienne au sein et en dehors de la communauté sportive.

En réponse aux paroles de Don Alessio Albertini, assistant ecclésiastique du CSI - « La provocation dans le titre Église ou sport ? était voulue pour réfléchir sur notre façon de comprendre le sport », Santiago Perez de Camino a déclaré qu’ « entre le sport et l’Église, il existe un lien très fort grâces aux parcours parallèles. Si le sport met l'homme au centre du jeu, il fait le même jeu que l'Église. Comme le pape François l'a dit à maintes reprises, le sport pratiqué de la bonne manière conduit à la beauté et donc à Dieu. Un sport sans l'Église perdrait une référence éthique unique, tandis que l'Église sans le sport perdrait ce dynamisme et l'aide qui lui permet d'arriver là où bien souvent elle n'arriverait pas par elle-même. Le sport, en effet, aide l'Église à rencontrer les personnes ».

Interrogé sur le rapport entre la paroisse et l'oratoire, Santiago Perez s'est demandé : « Pourquoi faut-il nécessairement une séparation entre les entraîneurs et les catéchistes ? Pourquoi pas des entraîneurs et des catéchistes ? La coresponsabilité des laïcs dans l'Église aujourd'hui est fondamentale, comme nous le rappelle le Pape. Dans le sport, les laïcs chrétiens peuvent faire le bien de la communauté. Le prêtre n'a pas besoin d'être entraîneur et vice versa, mais le sport et la paroisse ont la même mission, celle d'amener Dieu au peuple. C'est pourquoi il n'y a pas de sport chrétien, mais une vision chrétienne du sport. Les clubs sportifs doivent être particulièrement vigilants dans leur formation, avant de confier des jeunes à quelqu'un qui ne montre pas une cohérence de vie. Aujourd'hui, avec tant de familles brisées, l'entraîneur peut faire beaucoup. Le pape François a dit un jour à un jeune étudiant universitaire : la dernière chose à faire pour rapprocher quelqu'un de Dieu est de parler ; il faut d'abord témoigner de la façon dont les gens sont traités ».

"Chiesa o sport?"