17 décembre 2019
Famille

Promouvoir une pédagogie de la paix

Le sous-secrétaire Gabriella Gambino à la présentation du Message pour la 53ème Journée Mondiale de la Paix

« Remettre la famille au centre de notre attention, car elle est le cœur du développement et de la promotion d'une pédagogie de la paix ». Telles sont les paroles du sous-secrétaire Gabriella Gambino, qui s'est exprimée il y a quelques jours dans la salle de presse du Saint-Siège lors de la conférence de presse pour présenter le Message pour la 53ème Journée Mondiale de la Paix

La famille, a-t-elle poursuivi, doit être considérée comme « un fil rouge qui traverse toutes les questions liées à l'absence de paix : si nous renforçons la famille, si nous renforçons sa stabilité et la capacité de confiance et de fiabilité qu'elle est capable de transmettre à ses enfants, nous pouvons en faire un lieu de génération d'espérance. Parce que c'est dans l'espoir que, sous certaines conditions, les enfants peuvent apprendre le dialogue, le respect, la recherche du bien et le pardon. Ce n'est qu'au sein de la famille qu'une éthique de fraternité et de coexistence pacifique entre les individus et les peuples peuvent émerger. C'est pourquoi, a-t-elle expliqué, tout d'abord en tant que chrétiens, nous sommes appelés à soutenir la famille stable, fondée sur une alliance conjugale, sur la paix et la confiance mutuelle ».

Rappelant le souhait du Saint-Père dans le Message que « toute personne venant en ce monde puisse développer la promesse d’amour et de vie qu’elle porte en elle », Gabriella Gambino a souligné que c'est « un message très fort, un message de vocation. Il nous demande de créer les conditions pour que le rayon de la paternité de Dieu puisse être présenté aux yeux de chaque enfant qui vient au monde comme un chemin d'amour, une vocation, la destinée d'une vie ; et que les familles doivent pouvoir montrer à leurs enfants. Nous, chrétiens, nous croyons en l'amour de Dieu : cette certitude est le message d'espérance et de paix à transmettre à nos enfants. En tant qu'Église et en tant que familles, nous pouvons donc travailler ensemble pour créer les conditions pour que chacun de nos enfants puisse marcher « parmi les choses belles » que le Père a pensées pour lui. Ce n'est qu'ainsi, conclut-elle, que nous pourrons générer une authentique culture de la rencontre et un désir de paix dans le cœur de chaque homme ».