29 novembre 2019
Laïcs

Un peuple sur le chemin de la sainteté

Le sous-secrétaire Linda Ghisoni à la Rencontre organisée par la Conferência Nacional das As-sociações do Apostolado dos Leigos à la Conférence épiscopale du Portugal

Le plus grand défi que l'appel à la sainteté pose aux fidèles laïcs à la lumière de l'exhortation apostolique Gaudete et Exultate ? « Chanter notre partition, non une partition  idéale mais une réelle », en l'interprétant « avec ceux qui, à nos côtés, interprètent à leur tour une autre ligne de la même partition, mais en harmonie entre tous, en se laissant guider avec confiance par la main du chef qui, avec sagesse, nous conduit à être protagonistes d'une symphonie, expression de notre être cheminant ensemble comme peuple ». C'est ce qu'a répondu Linda Ghisoni, sous-secrétaire de notre Dicastère, en prenant la parole le samedi 23 novembre à la Cinquième Rencontre Nationale organisée à Santarém, au Portugal, par la Conférence nationale des associations de l'apostolat des laïcs, reconnue par la Conférence épiscopale locale.

Dans un auditorium rempli de 600 laïcs de tous les diocèses du Portugal, en présence du Patriarche de Lisbonne, du Nonce apostolique au Portugal et de quelques évêques, Linda Ghisoni a commencé par dire que l'appel à la sainteté concerne chaque baptisé, que personne n'est exclu, puis elle a affirmé que, pour répondre à cet appel, il suffit de « vivre la réponse fidèle et humble à ce que nous sommes et sommes appelés à devenir, sur la base de la vocation inscrite génétiquement en nous depuis que le baptême nous a greffés comme branches dans l'unique vie, comme enfants dans le Fils : un appel qui contient en lui-même la mission spécifique pour chacun de nous ».

Si « chacun de nous a une mission qui lui est propre, dont les connotations concrètes sont données par la situation familiale et sociale spécifique, par le fait d'être marié, parent, ou célibataire, par le travail que nous avons, en étant homme ou femme, jeune ou âgé », chacun « vivra la mission concrète reçue du Seigneur comme « son » chemin de sanctification, unique pour chacun, ... sans fuir en avant ni en arrière, sans abandonner son engagement au travail, dans l'engagement social, le travail bénévole, la vie publique ».

L'attitude à adopter est « d'une écoute intelligente constante et d'une grande prudence pour pouvoir évaluer les événements quotidiens dans une perspective de foi et les vivre en cohérence avec l'Évangile. L'engagement en ce sens - a-t-il expliqué - est notre chemin vers la sainteté ».

La proposition est « fascinante » : « celle de faire de toute notre existence une manifestation d'un projet divin unique, qui nous a été révélé et que nous avons embrassé. C'est la proposition de parvenir à l'unification intérieure totale, de devenir totalement transparent, pour nous-mêmes et pour les autres. Les personnes qui ont un cœur indivis, une âme simple, un centre vital unifié, sont généralement des personnes simples, pleines de force parce qu'elles ne craignent pas leurs propres fragilités, elles sont fiables, étrangères à toute hypocrisie et duplicité, qui inspirent confiance et qui font souvent tomber les autres amoureux de l'idéal pour lequel elles vivent et pour lequel elles se consacrent totalement. Voilà, je crois, la fascination de tous les saints ».

Un rôle particulier est joué, dans cette perspective, par la « dynamique populaire » : « Nous sommes nés d'un Dieu qui est communion, donc la dynamique du peuple, de la communion à laquelle le Pape nous invite n'est rien de plus qu'une correspondance à notre nature authentique, à notre marque de fabrication, à la partition musicale où nous sommes appelés à jouer notre propre rôle ».