30 janvier 2020
Personnes âgées

De la vocation à la pastorale

La troisième et dernière session du premier Congrès international La richesse des années

Le cardinal José Tolentino de Mendonça, archiviste et bibliothécaire de la Sainte Église romaine, a ouvert la troisième et dernière session du Congrès sur la pastorale des personnes âgées qui s'est tenue à l'Augustinianum. Il a longuement évoqué la figure d'Abraham dans le cadre d'un discours sur la vocation des personnes âgées dans l'Église ; « tout d'abord, Dieu lui demande de faire une profonde expérience de foi, et Abraham vit sa foi comme une forme d'hospitalité ». Dans ce sens, l'Église, a-t-il dit, « a besoin que les personnes âgées deviennent des maîtres de l'hospitalité ». Ensuite, « Abraham devient le père de nombreuses nations en activant la force génératrice de la transmission de la foi : transmettre – a expliqué le Cardinal - consiste à intégrer l'être humain dans une histoire. C'est lui dire : tu es ceci, tu fais partie d'un passé ou d'un avenir, tu es co-protagoniste d'une histoire commune ».

Le secrétaire de notre Dicastère, le p. Alexandre Awi Mello, a souligné que « les personnes âgées ont une vocation particulière ; à la fois comme citoyens au milieu de leur peuple et comme membres baptisés du Peuple saint et fidèle de Dieu, elles ont un rôle irremplaçable dans la vie et la transmission de la culture, de la foi, des traditions et des valeurs humaines et religieuses ». À la lumière de tout cela, « la réalisation de ce premier Congrès international sur la pastorale des personnes âgées est une façon pour nous de prêter attention aux laïcs à une étape très importante de leur vie, de préserver la valeur et l'importance qu'ils ont dans leur famille et de montrer notre attention à une étape de la vie humaine qui a tant besoin de soins et qui a en même temps un grand potentiel évangélisateur ».

Peter Kevern, de la Staffordshire University, a souligné au cours de la table ronde que « la fragilité et la dépendance remplissent nos premiers jours et nous assombrissent tout au long de notre vie : notre existence n'est possible qu'avec la grâce de Dieu et l'aide d'autres personnes, chaque jour. En vieillissant, nous pouvons devenir plus fragiles : mais cela nous rend plus humains, et non moins humains. La personne âgée n'est pas un étranger. Elle n'est pas un étranger parce que nous sommes tous fragiles, tous dans le besoin, tous aux prises avec la faiblesse et la vulnérabilité. Lorsque nous prenons soin des besoins des personnes âgées, nous ne nous engageons pas seulement dans une des « œuvres de miséricorde », comme on les appelle traditionnellement. Nous ne nous contentons pas non plus simplement d'un acte d’adoration, en prenant soin de ceux qui sont dans le besoin et qui sont plus proches du cœur de notre Seigneur. Nous participons aussi - conclut-il - à un acte révolutionnaire prophétique, celui de trouver la richesse et un sens parmi les personnes que notre société considère parfois comme insignifiantes ».

Maria Elisa Petrelli, responsable de la Pastoral del Adulto Mayor de la Conférence épiscopale argentine, a parlé de pastorale : « La pastorale familiale est le lieu auquel les personnes du troisième âge doivent appartenir, puisqu'elles ont formé leur famille, et qu'elles ont également été les fondements et les piliers des familles auxquelles elles appartiennent ». Dans la perspective d'une pastorale organique telle qu'elle est souhaitée par Amoris Laetitia, « il s'agit de promouvoir et d'encourager une pastorale spécifique au sein des familles, qui consiste en l'accompagnement, la prise en charge et l'intégration des personnes du troisième âge ».

 

Les conclusions ont été confiées au sous-secrétaire de notre Dicastère, Gabriella Gambino qui, « considérant l'hétérogénéité de la situation des personnes âgées dans les centaines de diocèses du monde entier, ainsi que dans les différents contextes culturels et sociaux », a conclu en résumant quelques lignes directrices :

- « Considérez le grand Peuple de Dieu des personnes âgées comme faisant partie du peuple de Dieu ; elles ont des besoins particuliers dont nous devons tenir compte et c'est pourquoi il est nécessaire que les diocèses créent des bureaux consacrés à la pastorale des personnes âgées » ;

- « La pastorale des personnes âgées, comme toute pastorale, doit être incluse dans la nouvelle saison missionnaire inaugurée par le pape François avec Evangelii Gaudium. Cela signifie : annoncer la présence du Christ aux personnes âgées, car l'appel à la sainteté s'adresse à tous, même aux grands-parents. Toutes les personnes âgées n'ont pas encore rencontré le Christ et, même si elles l'ont fait, il est essentiel de les aider à redécouvrir le sens de leur baptême dans une phase particulière de leur vie » ;

- « Ne pas considérer la pastorale des personnes âgées comme un domaine isolé, mais selon une approche pastorale transversale » ;

- « Valoriser les dons et les charismes des personnes âgées, dans l'activité caritative, dans l'apostolat, dans la liturgie » ;

- « Soutenir les familles et être présent auprès d'elles lorsqu'elles doivent s'occuper de grands-parents âgés » ;

- « Enrayer la culture du gaspillage ». « De nombreuses personnes âgées - a-t-elle expliqué - demandent à être hospitalisées dans des institutions pour ne pas être un fardeau » et « dans certains pays, l'euthanasie - explicitement condamnée par l'Église - est déjà proposée pour les personnes âgées seules qui sont fatiguées de vivre ». « Par conséquent – a-t-elle précisé - lorsque les personnes se demandent si leur vie est encore utile ou intéressante pour quelqu'un, eh bien, il y a là un vide que la pastorale de l'Église doit combler ».

- « Prendre soin de la spiritualité des personnes âgées, afin que, parallèlement à la piété et à la pratique dévotionnelle, cette spiritualité soit plongée dans une authentique et profonde relation spirituelle avec Dieu. L'homme qui vieillit n'approche pas de la fin, il a plutôt besoin de se rapprocher de Dieu et du mystère de l'éternité ». 

Enfin, le sous-secrétaire a garanti aux nombreux participants l'accompagnement et le soutien du Dicastère : « Il n'y a pas besoin de stratégies, mais de relations humaines d'où peuvent émerger des réseaux de collaboration et de solidarité entre les diocèses, les paroisses, les communautés de laïcs, les associations et les familles. Nous avons besoin de réseaux solides avec des racines solides, et non d'initiatives fragmentées et fragiles, même si c'est à partir des plus petites graines - a-t-elle conclu - que naissent parfois les plus grands projets ».