20 novembre 2021
Sport

“Epos, Ethos, Paideia, Polis: repenser ensemble le sport de l'avenir”

Le responsable de la Section Église et Sport présent au symposium sur l'avenir du sport organisé à l'Académie Internationale Olympique
Simposio Olimpia-1.jpg

 

Le symposium intitulé "Epos, Ethos, Paideia, Polis : repenser ensemble le sport de l’avenir" a eu lieu à Olympie, en Grèce, du 10 au 14 novembre.

L'initiative a été organisée par le Bureau national pour la pastorale des loisirs, du tourisme et du sport de la Conférence épiscopale italienne, au siège de l'Académie internationale olympique. Des représentants de fédérations sportives, des membres du Comité Olympique, de l'École du Sport, des associations sportives italiennes d'inspiration chrétienne et non chrétienne y ont participé.

L'objectif était de réfléchir, à l'aide des quatre mots grecs Epos, Ethos, Paideia, Polis, à l'évolution que connaît le monde du sport et de rechercher de nouvelles stratégies pour soutenir et relancer le sport de demain, notamment au niveau de l'éducation et de la formation.

Santiago Pérez de Camino, responsable de la Section Église et Sport du Dicastère, a participé à la conférence, intervenant le premier jour sur la tension éthique dans le sport et sur le fait que le sport traverse une période de profonde transformation, que la pandémie a accélérée et amplifiée. « La tentation est grande de revenir en arrière, de se refermer sur soi, à la recherche d'une grotte où l'on peut se réfugier et se cacher dans le passé. Mais le sport vécu avec constance et sérieux a une dimension éthique profonde qui pourrait aider la société à redémarrer afin de créer une société plus inclusive et plus juste. Jamais comme aujourd’hui le sport n'a eu à se reconnaître dans les valeurs d'une éthique solidaire et socialement inclusive, morale et surtout responsable. » Le troisième jour, Santiago Pérez de Camino a parlé de sport et d’inclusion. « Le sport est une formidable opportunité d'inclusion, mais il n'est pas automatiquement inclusif. Nous avons besoin d’une vision et d’un projet pour protéger la valeur inclusive du sport, qui peut être transformée en un engagement commun à lutter contre les excès du sport, à promouvoir le sport pour les personnes les plus fragiles et remettre la marginalisation sociale au centre des préoccupations par le biais du sport.

Comme le pape François nous l'a rappelé à plusieurs reprises, le temps des alliances s'ouvre. « Parce que personne ne se sauve tout seul ».

Le symposium se veut une première étape vers une collaboration entre les institutions de l'Église et le monde du sport pour former les nouvelles générations et transformer la société par le sport.