08 novembre 2021
Ad limina

« Nous ne perdrons pas la bataille de l'espérance »

Le dernier groupe d'évêques français en visite ad limina au Dicastère
VAL Francia 3.jpg

 

Sur diverses questions brûlantes de bioéthique et de droits civiques, comme la procréation médicalement assistée et le mariage pour tous, l'État français et une grande partie de l'opinion publique ont récemment pris un chemin très différent de la doctrine de l'Église sur ces questions. Et parmi les nombreux laïcs qui avaient fait tout leur possible, de diverses manières, pour éviter que les événements ne prennent cette tournure, un sentiment de défaite et de découragement se répand.

Ainsi, les évêques du troisième et dernier groupe de France en visite ad limina dans notre Dicastère ces derniers jours ont tenu à réitérer la détermination des fidèles de France à continuer à être des prophètes de l'espérance : “Nous avons perdu de nombreuses batailles dans la société, nous ne perdrons pas la bataille de l'espérance. Nous ne renoncerons pas à l'exercice de l'espérance dans nos engagements sociaux ou dans l'intimité de notre conscience ».

L'un des évêques a également attiré l'attention du Dicastère sur la question de l'inceste, appelant à une profonde réflexion ecclésiale sur ce phénomène, considéré par beaucoup comme une fatalité et autour duquel règne encore aujourd'hui un silence inacceptable. Inévitable était également la référence au nouvel élan donné à la pastorale de la famille par l'exhortation Amoris Laetitia, définie comme « un profond souffle d'Évangile et de Miséricorde ».

Les évêques ont parlé de leurs efforts pour impliquer les laïcs et les familles dans la mission de l'Église, en investissant dans leur formation et en leur confiant des ministères spécifiques. Et pour que l'Église devienne vraiment un « sacrement universel du salut » (LG 48), ils ont partagé de nombreuses expériences d'accompagnement et d'intégration dans les communautés ecclésiales : des familles blessées aux homosexuels, des migrants aux personnes âgées.