14 mai 2021
Natalité

Pour que l’avenir soit lumineux, il faut prendre soin des familles.

Le Pape François à l’ouverture des États Généraux de la Natalité

"Les enfants sont l'espoir qui fait renaître un peuple ! [...] Si les familles ne sont pas au centre du présent, il n'y aura pas d’avenir ; mais si les familles renaissent, tout renaît." C'est ce qu'a déclaré le Pape François ce matin à l’ouverture des États Généraux de la Natalité, organisés par le Forum des associations familiales italiennes.

La préoccupation pour ce qui "est en train de devenir le vieux continent non plus à cause de sa glorieuse histoire, mais à cause de son âge avancé" a été au centre du discours du Saint-Père, qui n'a toutefois pas manqué de faire référence à la situation italienne et en particulier aux conséquences de la crise due au Covid-19.

Le Pape a ensuite rappelé comment, au cours de ces derniers mois, les familles ont dû jouer, encore plus que d'habitude, un important rôle supplétif : “Combien de familles, au cours de ces mois, ont dû faire des heures supplémentaires, jonglant à la maison entre le travail et l'école, avec des parents qui se sont transformés en enseignants, techniciens informatiques, travailleurs, psychologues !". Et il a ensuite ajouté : "Et combien de sacrifices sont demandés aux grands-parents, véritables canots de sauvetage des familles !".

La natalité - a déclaré le Saint-Père - doit être centrale dans la reconstruction de nos sociétés après la pandémie. "Pendant les phases de reconstruction après les guerres qui, au cours des siècles passés, ont dévasté l'Europe et le monde, il n'y a pas eu de redémarrage sans une explosion des naissances, sans la capacité d'insuffler confiance et espérance aux jeunes générations. Aujourd'hui aussi, nous nous trouvons dans une situation de redémarrage, certes difficile mais aussi pleine d'attentes : nous ne pouvons pas suivre des modèles myopes de croissance, comme s'il suffisait de quelques ajustements hâtifs pour préparer le futur".