20 février 2017
Vietnam

La famille est le remède

Les évêques vietnamiens lancent l'Année de la Famille pour lutter contre les divorces et la crise du mariage

Sur le site d’AsiaNews on peut lire:

« En 2016, il y a eu plus de 60 mille cas de divorce dans tout le pays et cela augmente de plus en plus. Les principales causes des séparations sont : les styles de vie de la famille, l'adultère et la violence. La crise affecte principalement les jeunes couples. Prières et réunions sont organisées afin de reconstruire l'unité fondatrice de la société.

Pour relever les défis posés par la modernité, et afin de reconstruire le tissu social et personnelle de plus en plus abîmé et brisé, l'Église vietnamienne a voulu consacrer 2017 à la famille, qui a toujours été considérée comme l'unité de base et les soubassements du pays. Les évêques ont décidé d'accorder une attention particulière aux nouveaux noyaux familiales qui viennent d’être formés, en organisant des séminaires et des cours réservés aux couples qui se préparent au mariage et à la vie familiale.

La principale cause du divorce est le choc entre le style de vie familiale et les problèmes quotidiens. Après il y a l'adultère (25,9%), les problèmes économiques (13%), la violence domestique (6,7%), les problèmes de santé (2,2%) et le fait de vivre très éloignés. Ce qui devient très préoccupant est  le chiffre en hausse des séparations, non seulement dans les villes et les grands centres urbains, mais aussi dans les zones rurales. En outre, plus de 70% des cas de divorce concernent les jeunes couples, entre 22 et 30 ans. Dans ce contexte, plus de 60% des ménages sont mariés depuis un à cinq ans et ont déjà eu des enfants en commun.

Ces chiffres sont alarmants, et ont poussé l'Église catholique à former des catéchistes et des religieux, dans le but de renforcer la pastorale de la famille par le biais des réunions pastorales, ateliers d'écoute, groupes de conseillers et de prière. Il s’agit d’une réponse à l'appel lancé par les prêtres et les agents pastoraux, qui ont insisté sur la nécessité de créer un parcours fondé sur la foi, le seul élément sur lequel il est possible de construire une relation stable.

Mme Hien, catholique active dans le travail social à Đà Lạt, souligne que, si dans la famille il y a une "éducation morale" chaque membre est capable de "prendre soin de l’autre", et le "risque" de la rupture des liens est redimensionné. "La chose importante – accentue - est que les couples sachent penser à l’autre et en prendre soin, en respectant les valeurs traditionnelles de la famille vietnamienne."»