13 mars 2018
Visites ad limina

Comme une levure dans la pâte

Les évêques du Vietnam au Dicastère

Lors d'une visite au Dicastère il y a quelques jours, les évêques du Vietnam ont parlé d'une Eglise petite mais vitale, caractérisée par une bonne pratique religieuse et par l'activisme des fidèles laïcs. Partout dans le pays, la participation à la messe dominicale varie entre 70 et 90%. Pour les questions relevant de la compétence du Dicastère, la Conférence épiscopale s’est dotée de trois commissions : laïcs, jeunes et enfants et famille et vie.

La pastorale des laïcs repose sur trois axes fondamentaux : aider les laïcs à prendre plus conscience de leurs responsabilités dans l'Église et dans la société ; favoriser la communion et la coresponsabilité dans la mission entre laïcs et prêtres ; promouvoir l'évangélisation dans un contexte où la communauté catholique, minoritaire dans le pays et souvent combattue par les autorités, ne représente que 7,4% de la population totale, soit un peu plus de 6 millions d'âmes.

En ce qui concerne la pastorale des jeunes, le rôle central joué essentiellement par le MEG ( Mouvement Eucharistique des Jeunes ) dans la formation et l'accompagnement des jeunes a été souligné ; le MEG compte plus de 600 000 jeunes inscrits et actifs. Parmi les difficultés rencontrées, se trouve la forte poussée migratoire des campagnes vers les centres urbains qui vide les villages des forces juvéniles, rendant la pastorale dans les paroisses de la ville de plus en plus complexe.

Sur le plan familial, on parle d'une augmentation du divorce, résultat de la diffusion d'une idée du mariage considéré comme un simple contrat ; de plus, les évêques ont signalé le défi croissant représenté par les mariages mixtes ( plus de 50% des mariages célébrés ). Si les familles mixtes sont devenues le premier laboratoire du dialogue interreligieux, le problème du maintien de la foi du côté catholique, qui risque souvent de se distancier de l'Église, se pose de plus en plus.

Les évêques ont également abordé les questions brûlantes liées à la vie, en parlant de l'avortement comme un véritable fléau social ; la mondialisation, l'athéisme d'Etat, le recours généralisé à la pilule du lendemain, ainsi que la mentalité largement partagée au Vietnam selon laquelle un enfant à naître ne doit pas être considéré comme une personne à part entière, et donc propriétaire de droits, produit un véritable massacre des innocents.

Enfin, certaines questions sociales ont été évoquées qui sont des défis majeurs pour l'Eglise au Vietnam. Le pays connaît une grande croissance économique, mais en même temps le fossé entre riches et pauvres augmente, de sorte qu'aujourd'hui seulement 5% de la population détient le contrôle de la richesse du pays et cela alimente les crises sociales qui secouent cycliquement la société et voient l'Église se placer du côté des derniers.

 

Ad limina visit of the Bishops of Vietnam