22 août 2018
Dublin : Teresa Kettelcamp

Dignité et sécurité à l’ère numérique

Un membre de la Commission pontificale pour la protection des mineurs parle : “ Qui a la capacité d’aider, a donc la responsabilité d’aider ”

“ Internet peut être une porte vers le bien ou le mal. L’International Telecommunication Union, une agence des Nations Unies, a estimé qu'en juin 2017, 51% de la population mondiale a eu accès à internet : environ 3,2 milliards de personnes, dont 2 milliards dans les pays en développement, y compris les 89 millions dans les pays les moins avancés ”.

C’est sur la base de chiffres, que l’analyse a été menée par Teresa Kettlecamp, membre de la Commission pontificale pour la protection des mineurs, lors de son intervention à la table ronde sur le thème “Dignity and Safety in a Digital Age: Facing a New Challenge for Families”.

“ S'il y a beaucoup d'utilisations positives et bonnes d'Internet – a-t-il expliqué - il convient également de noter la présence du mal : la pornographie infantile, extorsion et exploitation en ligne, trafic sexuel, cyberintimidation et menaces, vengeance pornographique (vengeance ou revanche pornographique avec la diffusion d'images intimes une fois la relation entre deux personnes terminée, NDR), sexting (transmission d'images intimes en ligne sur des discussions privés, NDR), présence de prédateurs en ligne ”.

Que pouvons-nous faire ? “ La réponse - a-t-il expliqué - peut provenir des principes qui ont inspiré notre Fondation pour la protection universelle de l'enfance : tout d'abord, la vie est sacrée, car nous sommes tous à l'image et à la ressemblance de Dieu, l'Alpha et l'Oméga, Principe et Fin ; de plus, si nous croyons en ce que nous disons de croire, et si nous croyons ce que dit l'Ecriture et que cela agit sur nos convictions, nous pourrions mettre fin aux abus, à la pauvreté, au racisme, à l'intimidation, à la haine, etc. pour en nommer seulement quelques uns . Ceux qui ont la capacité d'aider, ont donc la responsabilité d'aider ”.