06 août 2018
Dublin

La famille, espérance pour l’Eglise et pour le monde

C'est le titre de la contribution du Cardinal Farrell à l’important Dossier de Vie Pastorale préparé pour la Rencontre mondiale des familles à Dublin

Si « la famille est une usine d'espérance, la plus belle chose que Dieu ait faite », comme l'a exprimé le pape François à Philadelphie, alors c'est le signe de la beauté et de la joie de l'amour (Amoris Laetitia) que « l'Eglise souhaite annoncer au monde à travers la famille : la possibilité réelle pour chaque homme de voir manifester en lui cet amour afin de croire et grandir dans la certitude que quelqu'un l'a aimé et continue de l'aimer tous les jours de sa vie ».

Le cardinal Farrell indique la spécificité de la foi chrétienne en ce qui concerne le mariage et la réalité familiale : « La famille n'est pas une institution catholique, mais une dimension anthropologique qui appartient à toutes les sociétés et à toutes les religions. Ce que la foi chrétienne ajoute à la réalité familiale, c'est la conscience de sa mission spécifique dans le monde grâce à la présence du Christ dans le sacrement nuptial ». C’est de la famille, que des biens sont capables de générer des relations vertueuses dans la société, à partir de la stabilité et dans le monde du travail. Si « le capital familial est à la base des vertus sociales », alors la famille est le premier facteur d'humanisation des personnes et de la vie sociale ».