14 mars 2018
Dans le monde

De plus en plus féminin

De l'Afrique à l'Asie, les femmes sont les pierres angulaires de l'Église et de la société

« Si le Saint-Esprit est la force invisible de l'Église d'Afrique, les femmes en sont, sans aucun doute, la force tangible. Les femmes sont plus nombreuses, plus courageuses, plus dynamiques, plus actives et parfois plus compétentes. Sans les femmes, nos églises en Afrique seraient presque vides, à la fois comme présence et comme force ». C’est ce qu’a déclaré le père Donald Zagore, de la Société des Missions Africaines, à l'agence Fides à l’occasion de la Journée de la Femme célébrée il y a quelques jours.

Le père Zagore parle de la nécessité de « réinventer la théologie des femmes » ; cette réflexion théologique, suggère-t-il, « devrait prendre son origine en partant avant tout de la théologie mariale. En Marie, Mère de Dieu, Mère de l'Église, c’est la femme qui dans son être même continue de porter l'Église dans son sein, avec son dynamisme spirituel et matériel ».

D'un autre point de vue, poursuit le père Donald, l'Afrique a pour modèle ecclésiologique « l'Église famille de Dieu : c'est une manne du ciel envoyée pour rendre la femme encore plus impliquée, car la femme reste le poumon de la famille dans la culture africaine. Sans la femme, la famille s'effondre ».

Dans cette même optique de la centralité de la femme, et de sa pleine valorisation, Caritas a lancé le projet « Livelihood » au Pakistan, avec le slogan « Empower Women, Empower Pakistan ». Le programme de formation théorique et pratique a enseigné à 240 femmes et filles au cours des six derniers mois à devenir des entrepreneurs.

A l’occasion du 8 mars dernier, les 135 premières femmes ont terminé avec succès le cours de formation pour démarrer leur entreprise, notamment dans le domaine du textile et de la couture.

A ce propos, Samina Maqbool, coordinatrice du projet, a déclaré à Fides : « Les cours de formation que nous avons organisés pour ces femmes couvrent divers secteurs économiques et productifs tels que la production de bougies, l'artisanat, la joaillerie, l'imprimerie, la couture, la sérigraphie, la création de vêtements et la mode ».

Samina Maqbool est elle-même une entrepreneuse et dirige une entreprise de fabrication de bougies à domicile : « Notre programme a eu beaucoup de succès ; nous avons formé nos femmes à faire des études de marché et des études de faisabilité.

Nous avons répondu au souhait des femmes de commencer à travailler à la maison. 54 jeunes filles ont déjà commencé leur propre activité tandis que 65 autres jeunes filles ont trouvé du travail dans différentes usines ou entreprises ».

Les femmes, grâce au produit de ces activités, parviennent souvent à inscrire leurs enfants à l'école ou à améliorer le parcours de leur éducation, initiant ainsi un cercle vertueux de promotion humaine et sociale.