30 novembre 2018
Forum Familles

Un nouveau pacte pour la natalité

L'avenir est un Pacte : tel était le thème choisi pour l'Assemblée nationale du Forum des Associations Familiales qui s'est achevée il y a quelques jours à Rome. « Un pacte - a expliqué l'Assemblée du Forum - avec nos enfants, avec les générations futures, auxquelles nous empruntons ce temps que nous vivons, un pacte pour la natalité ». L'initiative clôt une période d'activité de trois ans et ouvre une nouvelle période de quatre ans avec le développement des nouvelles lignes de programme et la réélection du président national, Gigi De Palo.

Un message vidéo a ouvert les travaux de conclusion dans lequel le président de la  Cei, le cardinal Gualtieri Bassetti, a déclaré : « L’Italie a besoin de vous. L’Italie a besoin de centaines de milliers de familles qui la font vivre ! » ; « Gardez foi dans ce pacte pour la natalité que nous avons défini avec les institutions. Il doit être notre force ! ».

Par conséquent, le président De Palo a mis l'accent sur la proposition principale du forum : « Un pacte pour la natalité est urgent. Nous devons mettre les jeunes en mesure de faire une famille ». De Palo a également souligné certains problèmes socioculturels : « Si avant, en effet, on mettait au monde les enfants de façon évidente et sans y penser, désormais la condition de départ est l'absence d'enfants et, au contraire, l'ouverture à la vie exige un choix délibéré et conscient, soutenu par des conditions positives ».

« Je suis convaincu que si l'Italie d'aujourd'hui est comme une terre qui ne porte pas de fruits – a-t-il déclaré - ce n'est pas parce qu'elle n'est pas potentiellement fertile, mais surtout parce que ce sol a été mal cultivé pendant toutes ces années ». À l'appui de cette thèse, De Palo a présenté les données d'une recherche montrant que près de 90% des jeunes Italiens souhaiteraient avoir deux enfants ou plus et que le même pourcentage de jeunes seraient « fiers » quant à l'arrivée d'un enfant. « La démographie est un principe non négociable », a déclaré De Palo, « nous ne pouvons pas accepter le fait qu'une famille, qui a le désir d’un enfant, ait peur de le faire ».