24 mai 2019
Conférence internationale

Il est possible de dire partout Yes to Life!

La deuxième journée de Yes to Life !, avec Amy Kuebelbeck comme modératrice des travaux, était consacrée à l'internationalité. Des témoignages et des discours   de l'Ukraine, des États-Unis, de la France et de l'Espagne se sont suivis les uns après les autres. Le premier témoignage, émouvant, a été le souvenir de Chiara Corbello Petrillo rendu par son père spirituel, Vito D’Amato.

Les autres discours ont présenté des expériences de centres périnataux dans différents contextes. Sœur Giustina Holubets a raconté l'expérience de l'association Imprint of Life active en Ukraine et qui ces dernières années a aidé plus de 40 familles. « Pour les parents - a raconté Sœur Giustina - cette petite et courte vie, comme une météorite, a montré la richesse de la vie et a révélé une grande force qui les a soutenus ».

Byron Calhoun et John Lantos, tous deux américains, ont expliqué qu’au cours des 50 dernières années, le concept de centre périnatal a évolué et que le fœtus a commencé à être considéré comme un véritable patient à surveiller de manière multidimensionelle. Plusieurs orateurs, dont Carlo Bellieni, ont notamment abordé le problème de la douleur fœtale et la nécessité de prévoir une analgésie adéquate pour l'éviter autant que possible.