30 janvier 2020
Personnes âgées

L'accent sur la famille

La deuxième session du premier Congrès international La richesse des années

« Le binôme personnes âgées et famille est fondamental pour comprendre le phénomène du vieillissement d'une population de plus en plus nombreuse, à condition de préciser que lorsque nous parlons de la famille, nous faisons référence aux générations qui la composent et pas seulement à la famille avec laquelle nous vivons ensemble ». Donatella Bramanti, de l'Université catholique du Sacré-Cœur, a ainsi ouvert la nouvelle journée de travail du Congrès La richesse des années à l'Augustinianum. La session du matin s'est concentrée sur le thème La famille et les personnes âgées ; « les personnes âgées - a déclaré Mme. Bramanti - constituent aujourd'hui une ressource importante tant au sein des familles que de la société dans son ensemble, à condition qu'elles parviennent à vivre la transition de manière positive, avec les personnes qui les entourent. C'est pourquoi - a-t-elle expliqué - il est important d'observer attentivement comment les familles perçoivent cette phase, comment elles s'en approchent progressivement, quels sont les signes prémonitoires (s'ils peuvent être lus) de cette nouvelle condition. En effet, ce n'est que si vous pouvez ressentir le malaise comme un nouveau défi pour un changement - a-t-elle conclu - qu'une période de recherche d'un nouvel équilibre peut commencer ».

Certaine que « la cohabitation entre des âges différents ne s'improvise pas », Maria Voce, présidente du Mouvement des Focolari a expliqué « qu’il s’agit d’un chemin d'ouverture au dialogue qui doit fasciner d'une manière toujours nouvelle même les adultes, comme une éducation permanente. Ce chemin se base sur la compréhension, qui est une lumière car elle donne un sens à la vie et ouvre de nouveaux horizons ». Dans tout cela, selon la présidente Maria Voce, « l'appel du Pape à surmonter l'indifférence et à tourner un regard d'estime les uns envers les autres - les jeunes vers les personnes âgées et vice versa -, au-delà des préjugés et des clichés, souligne une condition sociale déterminante et indique un véritable signe des temps ».

En conclusion, Maria Voce a tracé quelques « pistes à suivre » dans la perspective du dialogue entre les générations ; « sortir des préjugés et des stéréotypes, relever le défi des schémas imprévisibles, promouvoir un partage dynamique et vivre la réciprocité ».

Monique Bodhuin, présidente de Vie Montante Internationale, a souligné que les personnes âgées sont « les témoins, les gardiens et les dépositaires des racines de la foi parmi les jeunes générations et dans la société en général. En même temps, ils sont les destinataires de l'attention pastorale de l'Église, qui doit prendre l'engagement de les convertir et de les aider avec amour à sortir des périphéries existentielles de leur existence ». Enfin, la présidente s'est attardée sur l'évangélisation, « un chemin à faire ensemble, au nom de la relation et de la rencontre ».

Quant à la nécessité d'« encourager la prière au sein de nos familles », c’est Catherine Wiley, présidente de la Catholic Grandparents Association, qui en a parlé lors de la table ronde du matin : « Cela les aidera à trouver des moyens de nourrir respect et amour mutuels et une ouverture pour recevoir de nos aînés âgés les dons de leur sagesse et de leur expérience. La technologie actuelle, bien que parfois intrusive, peut être le lien crucial si les familles sont séparées par la distance ». 

Giovanni Paolo Ramonda, responsable général de l'Association Pape Jean-XXIII, a déclaré que « les lois sur la famille devraient être faites par les personnes âgées et les enfants. Un peuple est tel s'il ne laisse pas les plus faibles derrière lui ou, pire encore, ne les accompagne pas vers une mort prématurée volontaire. Une société est pleinement humaine si elle prend soin des faibles, des malades, des souffrants, et si elle canalise les ressources vers ces familles qui comptent en leur sein des malades, des personnes âgées parfois même en phase terminale. Le scandale des privilèges et du gaspillage - a-t-il poursuivi - doit être effacé en faveur de cette partie de la société afin d'être du côté de ceux qui ne peuvent pas se débrouiller seuls ». Giovanni Paolo Ramonda espère que chaque personne âgée « puisse passer ses vieux jours dans sa maison et avec sa famille, en encourageant l’assistance à domicile, le soutien financier à l'éducation ; si cela n'est pas possible, en développant le placement familial afin que la personne âgée devienne un grand-père, en récupérant un rôle et la possibilité d'aimer et de se sentir aimé. Les personnes âgées - a-t-il conclu - sont nos racines, les gardiens de la mémoire, de l'histoire, le maillon du cycle de vie ».

 

 

 

International Elderly Congress - Second day