10 février 2020
Laïcs

Homélie du P. Awi Mello sur saint Vincenzo Pallotti : « Dans sa théologie de l'apostolat, la co-responsabilité de tous »

La vision prophétique de saint Vincenzo Pallotti sur le rôle des laïcs dans la réalisation de son programme de revitalisation de la foi était au coeur de l'homélie prononcée par le secrétaire de notre Dicastère, le p. Alexandre Awi Mello, dans l'église romaine du SS. Salvatore in Onda, à l'occasion du triduum en préparation de la fête de saint Vincenzo Pallotti.

« Préoccupé par l'affaiblissement et l'insipidité de la foi dans toutes les couches de l'Église », saint Vincenzo Pallotti écrivait à l'époque des phrases « qui peuvent parfaitement décrire la situation de nos jours ». « En effet - a-t-il expliqué - la mission de l'Union, fondée par saint Vincenzo Pallotti en 1835 et approuvée récemment par notre dicastère (toujours en tant que Conseil pontifical pour les laïcs) comme « association publique internationale de fidèles », consiste à promouvoir la coresponsabilité de tous les baptisés pour raviver la foi, raviver la charité dans l'Église et dans le monde, et conduire chacun à l'unité dans le Christ » (Statut général, Rome 2008, art. 1).

Le secrétaire s'est à nouveau attardé sur le baptême : « Devenons prêtres, prophètes et rois, laïcs (car nous sommes tous des laïcs avant la différenciation des vocations spécifiques), disciples et missionnaires du Christ par la force du baptême ». Il a souligné qu'en plus du baptême, « saint Vincenzo Pallotti considérait l'apostolat des laïcs comme fondamental avec la motivation de l'appel universel à l'amour du prochain ».

Le père Awi a ensuite mis en évidence une autre « contribution typique » du charisme de Vincenzo Pallotti, « la collaboration entre les différents états de vie dans l'apostolat universel de l'Église, c'est-à-dire le don prophétique d'articuler les ecclésiastiques, les personnes consacrées et les fidèles laïcs en un seul charisme ». En effet, saint Vincenzo Pallotti propose à l'Église « une théologie de l'apostolat – a-t-il conclu - où les fidèles laïcs ne sont pas considérés comme des « auxiliaires de la hiérarchie », mais comme co-responsables pour raviver la foi, raviver la charité dans l'Église et dans le monde, et conduire chacun à l'unité dans le Christ ».