29 décembre 2020
Famille

Une pastorale proche des parents et des jeunes

Le discours du sous-secrétaire Gabriella Gambino sur « Vie Pastorale » commentant le XVe Rapport du Cisf
patricia-prudente-6UyWK8mDcWo-unsplash.jpg

« L'Église peut repenser la pastorale familiale avec courage et une créativité capable de la faire adhérer aux besoins de la réalité. Il s'agit de repenser les présupposés qui peuvent faire de la famille, solidement fondée sur le mariage, non pas le résultat fortuit et incertain du choix d'individus qui se lancent avec audace dans l'aventure familiale, en affrontant seuls les défis dévastateurs d'une société qui les décourage à tout point de vue de croire en leur propre projet familial, mais le résultat d'un "oui" à une vocation, à un appel personnel et de couple au bonheur ».

Par ces mots, le sous-secrétaire de notre Dicastère, Gabriella Gambino, a souligné, dans un discours sur le numéro de décembre de la revue "Vie Pastorale", la nécessité d'agir efficacement dans la pastorale familiale dans deux domaines spécifiques : la préparation au mariage et l'accompagnement des parents dans l'éducation de leurs enfants.

Le sous-secrétaire, commentant le dernier rapport du Cisf sur « La famille dans la société post-familiale », a souligné l'importance d'éduquer les jeunes dès leur plus jeune âge à la foi et à sentir la présence du Christ, en les aidant à reconnaître la beauté de la vocation nuptiale pour les conduire précisément avec amour au mariage et à la pleine joie d'avoir ensuite des enfants. Se marier est une vocation - assure Gabriella Gambino - qui implique une prise de conscience de la relation profonde entre la foi et le sacrement du mariage, précisément parce que, comme le dit le pape François dans Amoris Laetitia, « aujourd’hui, plus important qu’une pastorale des échecs est l’effort pastoral pour consolider les mariages et prévenir ainsi les ruptures (AL 307) ».