21 février 2017
Chili

Les laïcs au Chili sont la principale force de l'Église

Visite ad limina des évêques du Chili

Au cours de la visite ad limina au Dicastère pour les Laïcs, la Famille et la Vie les évêques chiliens ont parlé des problèmes auxquels le pays doit faire face, surtout à cause de la croissance d'une culture séculière. Malgré tout, d’après les enquêtes et statistiques, le désir de la famille continue à être l'une des principales aspirations de tous les jeunes. Sociologiquement – ont dit les évêques - le Chili est très différent des autres pays de l’Amérique latine : l’agnosticisme est très répandu et la qualité de l’éducation est très similaire à celle des nations européennes. Cela découle du fait que la plupart des dirigeants politiques actuels ont été formés à l'étranger pendant les années difficiles de la dictature.

Face aux défis du monde contemporain, l'Église chilienne ne baisse pas les bras et s’engage dans la promotion des valeurs chrétiennes et dans la formation des plus jeunes. Ce sont surtout les laïcs, comme il a dit le cardinal Ezzati, qui mettent en œuvre cet engagement en prenant en charge la catéchèse, l'éducation et les œuvres de charité au sein des paroisses. De même, les laïcs chrétiens chiliens font entendre leur voix dans les débats de certains projets de loi.

Pour cette raison, Mgr. Bastres Florence, évêque de Punta Arenas a déclaré, dans l'interview que nous publions, que: «Les laïcs au Chili sont la force plus vivante de l'Église. Ce sont eux qui prennent en charge l'ensemble du processus de la nouvelle évangélisation ».

Au cours de la réunion, le cardinal Farrell et les évêques chiliens ont souligné l'importance des jeunes comme « l'avenir et le présent de l'Église ». Le diocèse de Santiago, compte tenu du synode qui sera célébré à Rome, se prépare à célébrer un synode diocésain dédié aux jeunes.

Ad Limina Visit Chile