08 novembre 2017
Paraguay

Les évêques et le pari sur les jeunes

La formation pour les nouvelles générations et pour la famille au centre de la sollicitude pastorale dans les églises du pays latino-américain

Ce sont les jeunes qui sont la clé de voûte pour la lutte contre les plaies sociales qui humilient le Paraguay. Les évêques du pays latino-américain en sont convaincus. Ils ont parié sur les jeunes en proposant un plan de formation de trois ans annoncé l’an dernier au Sanctuaire marial de Caacupé. C’est une formation et ce sont des activités, qui, d’une part, ont l’objectif de faire grandir les jeunes des paroisses et des mouvements pour qu’ils deviennent des adultes engagés et murs, et qui, d’autre part, seront une aide pour combattre les plaies sociales du Paraguay et le rendre un pays plus honnête et solidaire.

Les évêques des quinze circonscriptions ecclésiastiques du pays sont arrivés à Rome pour la visite de la chaire de Pierre, et ont été reçus, lundi 6 novembre, par le pape François. Mardi après-midi, les évêques se sont rendus au Dicastère pour les laïcs, la famille et la vie. L’image qu’ils ont montrée de l’Eglise de leur pays est celle d’une réalité très variée, où les effets de la sécularisation se font sentir et où l’on perçoit toujours plus la fracture entre foi et vie. Ce sont des laïcs très engagés au sein de l’Eglise, mais dont la formation à s’engager dans les contextes sociaux et politiques doit être sans cesse organisée et sollicitée. Un défi que les évêques cherchent de relever avec une formation biblique sur le magistère des papes et sur la doctrine sociale de l’Eglise.

Le regard attentif des évêques se tourne également vers la famille, une autre priorité de leur sollicitude pastorale. Une période de trois ans, intense de formation et d’activités, a été consacrée à cette réalité, avec comme point culminant la visite du Saint-Père, dans le pays, en 2015. Cela a commencé à porter ses fruits puisqu’il y eu un engagement majeur des familles dans la vie des Eglises locales, un signal important dans un pays où le pourcentage des mariages civils est très élevé comparé aux mariages sacramentaux.

Dans la formation au sacrement du mariage, les évêques s’appuient aussi sur les associations et les mouvements qui ont la famille au centre de leur charisme, même s’ils soulignent avec force que la préparation à l’union des époux commence avec le baptême, et par conséquent avec une formation qui remonte à loin, celle de la famille et des grands-parents qui sont les seuls à pouvoir la garantir. Après la période des trois ans consacrée aux familles, ce sont les jeunes eux-mêmes qui ont proposé trois années analogues pour eux, explique le vice-président de la conférence des évêques du Paraguay, Mgr. Ricardo Valenzuela, dans la vidéo de l’interview donnée à la fin de la visite.

 

Ad limina Visit Paraguayan Episcopal Conference